Environnement

"Retour à l'envoyeur" : un maire réexpédie les déchets sauvages chez leurs propriétaires

©Zoran Photographer/Shutterstock

Christophe Dietrich, maire de Laigneville dans l'Oise, a mis en place une méthode pour le moins radicale afin de lutter contre le dépôt de déchets sauvages dans sa commune : il les renvoie directement à leurs propriétaires. 

Aujourd'hui à Laigneville, les déchets sauvages sont rares. Pourtant ce n'était pas vraiment le cas il y a encore quelques années. La raison ? Les pratiques, musclées, mais on ne peut plus efficaces du maire de la commune, Christophe Dietrich. À la tête de la ville depuis quatre ans, il a mis en place ce qu'il appelle très simplement "le retour à l'envoyeur". Le principe est simple : il identifie les responsables des dépôts de déchets et leur restitue leurs biens directement à domicile. "Il y a quatre ans, lorsqu'on a commencé à faire les retours à l'envoyeur, il y avait quatre ou cinq opérations par semaine. Aujourd'hui, il n'y en a une ou deux par an", précise-t-il, en gage d'efficacité de cette méthode originale.

"Aucune autre alternative" pour lutter contre ces déchets

Pour Christophe Dietrich, l'idée est née d'un ras-le-bol. Lors de son arrivée à la mairie de Laigneville, cet ancien sapeur-pompier a vu fleurir de véritables décharges à ciel ouvert qui bordaient les forêts de sa commune. Le maire a alors mené des campagnes de prévention, de sensibilisation, des dépôts de plaintes... Toutes classées sans suite. Face au manque de soutien de la justice et à l'absence d'amélioration, il a décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Si ces pratiques ne font pas toujours l'unanimité, Christophe Dietrich admet qu'il se passerait bien, lui aussi, de ces "retours à l'envoyeur" : "Aujourd'hui, je n'ai aucune autre alternative qui s'offre à moi. Je comprends les critiques, mais je n'ai simplement pas d'autre choix pour remédier au problème !".

Livraison spéciale à domicile

C'est à l'occasion d'une de ses séances de jogging quotidiennes dans les bois de Laigneville qu'il trouve la solution. Le maire se souvient avoir vu une vidéo d'un propriétaire lillois ayant récupéré son appartement rempli de déchets. Pour s'en débarrasser, l'homme a livré les ordures à la nouvelle adresse de son ancien locataire. Inspiré, Christophe Dietrich lance, en 2014, les premières opérations de "retour à l'envoyeur". 

Voilà quatre ans aujourd'hui que la méthode fait ses preuves. Ce sont de véritables enquêtes de police que mènent le maire et ses équipes pour identifier formellement les responsables des dépôts de déchets sauvages dans la commune. Une fois chose faite, il prend contact avec eux pour les inviter à venir récupérer leurs déchets directement sur place. En cas de refus, les ordures leur sont livrées à domicile sous 24 heures. 

Les "retours à l'envoyeur" en vidéos pour éduquer, sensibiliser et informer

Depuis 2016, Christophe Dietrich filme ses opérations. Ses petites vidéos de trois minutes, illustrant les "retours à l'envoyeur", ont permis à l'initiative de bénéficier d'un emballement médiatique sans précédent. À Laigneville, désormais, nul n'ignore les pratiques du maire et cela a de quoi refroidir ceux qui auraient encore l'audace de décharger leurs déchets au beau milieu des champs, des forêts ou des chemins de terre de la commune. 

L'efficacité du "retour à l'envoyeur" inspire aujourd'hui d'autres maires. En témoigne Gregory Labille, maire de la ville de Ham, qui, lui aussi las de voir son territoire sali par les incivilités, s'est mis à appliquer la même méthode radicale