LE CHIFFRE

Pour respecter les objectifs de l'Accord de Paris, nos enfants devront émettre huit fois moins de C02 que nos parents

©fotorince/Shutterstock

Les enfants nés aujourd'hui devront émettre entre trois et huit fois moins de C02 que leurs grands-parents afin de pouvoir contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2 °C, selon les objectifs fixés par l'Accord de Paris en 2015. 

Selon une analyse de la revue britannique Carbon Brief parue le 10 avril, les enfants d'aujourd'hui devront demain limiter drastiquement leur empreinte carbone par rapport à leurs aïeuls de l'ère préindustrielle. En suivant les objectifs fixés par l'Accord de Paris conclu en 2015, il faudra qu'ils émettent entre trois et huit fois moins de C02 que leurs grands-parents, pour espérer contenir le réchauffement climatique en deçà de la barre des 2 °C - ou 1,5 °C. Actuellement, les émissions mondiales s'élèvent à une moyenne d'environ 4,9 tonnes par personne et par an : à ce rythme là, en suivant le scénario des 2 °C, le budget carbone d'une personne née aujourd'hui serait épuisé en 25 ans. Dans une optique de réchauffement contenu à 1,5 °C, il ne resterait alors que neuf ans.

Les experts ayant analysé ce probable futur ont mis au point un outil interactif permettant de calculer son bilan carbone actuel par date et lieu de naissance. 

Des objectifs ambitieux

Les engagements actuels pris par les différents pays dans le cadre de l'Accord de Paris mènent la Terre vers un réchauffement climatique de 3,2 °C d'ici la fin du siècle - à supposer qu'ils soient tenus. En ce sens, selon l'étude 2018 du Programme des Nations unies pour l'environnement, pour espérer atteindre l'objectif d'un réchauffement contenu à 2 °C, les pays engagés devraient multiplier par trois leurs objectifs actuels. Dans le cas d'un réchauffement à 1,5 °C, il faudra alors les multiplier par cinq. 

Dans ces deux scénarios, les émissions mondiales atteindront leur maximum à l'horizon 2020. Pour l'objectif 2 °C, ces émissions devront diminuer de moitié d'ici 2045 pour tomber sous la barre des zéro autour de 2075 et ainsi atteindre la neutralité carbone. Quant à l'objectif 1,5 °C, cette neutralité carbone devra être atteinte d'ici 2055. 

Par ailleurs, l'étude de Carbon Brief ne prend pas en compte les émissions liées aux importations de produits étrangers : selon Le Monde, cela minimise d'un tiers l'empreinte réelle des Français. 

Des inégalités territoriales

Même dans un futur où le monde vivrait à "crédit carbone", les inégalités entre les pays subsisteront. Les émissions de C02 des futures générations pourraient présenter de grandes variations selon leurs pays, en fonction de la répartition mondiale du budget carbone global à ne pas dépasser. En se basant sur les modèles "Integrated assessment models", l'étude souligne ainsi qu'un Américain polluera toujours quinze fois plus qu'un Indien, quatre fois plus qu'un Chinois et deux fois plus qu'un Français.