Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

A Marseille, une application pour lutter contre la pollution lumineuse

Des collectifs se mobilisent pour sensibiliser à la pollution lumineuse.
©mycteria/Shutterstock

Lancée par l'association les Amis de la Terre Bouches-du-Rhône Provence, l'application Extinction Nocturne permet de recenser "toutes les sources lumineuses inutiles ou excessives dans l'espace public".

A l'heure de l'appel à la sobriété énergétique, la chasse au gaspillage est ouverte. Samedi 15 octobre, l’association des Amis de la Terre à Marseille a lancé Extinction Nocturne, une application qui vise à cartographier les établissements qui ne respectent pas la législation en vigueur sur l'éclairage nocturne. Depuis le 7 octobre, dans le cadre du plan de sobriété énergétique, toutes les publicités lumineuses doivent être éteintes la nuit entre 1h et 6h du matin (à l’exception des enseignes lumineuses dans les aéroports, les gares, les stations de métro et de bus pendant les heures de fonctionnement).

Mais dans les faits, la réglementation n'est pas nécessairement appliquée, voire connue. “En me promenant dans les rues de la ville, j'étais abasourdie de voir autant d'enseignes allumées", explique Jeanne Hally, membre de l’association des Amis de la Terre.  

Pour faire respecter la loi, et lutter contre la pollution lumineuse, les citoyens prennent les choses en main. A ce jour, 144 signalements ont été réalisés à Marseille."D'autres communes sont concernées, comme Toulon, Lyon, Perpignan, ou encore Avranches en Bretagne. Les recensements ne cessent de s'élargir", confie Jeanne Hally.

Réaliser des économies d'énergie

Dans son communiqué de presse, l'association indique que "l’application a été conçue pour collecter et analyser des données factuelles qui serviront à évaluer la consommation de ces installations d'éclairage pour sensibiliser les exploitants et les usagers". "Nous allons nous baser sur les chiffres de l'Ademe pour se rapprocher au plus près de ce que coûte une enseigne, un écran digital...", note Jeanne Hally.

L'idée ? Calculer quelles économies d'énergie peuvent être réalisées. Celles-ci ne sont pas négligeables. Dans un entretien accordé à l'AFP, Anne-Marie Ducroux, porte-parole de l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturnes (ANPCEN), indiquait : "les communes qui réduisent la durée d'éclairement en milieu de nuit, par exemple de 0 à 5 h ou de 23 à 6 h réalisent de très fortes économies, de 25 à 75 % sur leur facture annuelle d'électricité ! Tout ce qui est économisé sur des éclairages surabondants, inutiles, peut être alloué à de vrais besoins des habitants."

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.