Le chiffre

Le mégacomplexe Europacity freiné par une décision de justice

Image d'illustration du projet Europacity.
©Handout/AFP

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a annulé jeudi 6 mars la création de la zone d’aménagement concerté dite du "Triangle de Gonesse", qui devait accueillir le mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity.

Les contrariétés s'accumulent pour Europacity. Jeudi 6 mars, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a annulé la création de la zone d'aménagement concerté (ZAC) dite du "triangle de Gonesse", qui doit accueillir ce mégacomplexe de commerces et de loisirs dans le nord de Paris. Saisie par plusieurs associations de défense de l’environnement, la justice estime que l'étude d'impact du projet, qui nécessite notamment la suppression de 280 hectares de terres agricoles, est "insuffisante sur plusieurs points", renvoyant par ailleurs à un avis du 2 mars 2016 de l’autorité environnementale.  

Parmi les lacunes pointées par le tribunal, le défaut d'informations concernant la "manière les besoins énergétiques du projet allaient être couverts", "l’incidence du projet sur la qualité de l’air, compte tenu notamment des émissions de CO2 induites par les déplacements de touristes" ou encore "l’évaluation des incidences environnementales du projet cumulées à celles des travaux de création de la ligne 17". Autant d'insuffisances, explique la justice, qui "ont pu avoir pour effet de nuire à l’information complète de la population ou si elles ont été de nature à exercer une influence sur la décision de l’autorité administrative".

Les promoteurs du projet à 3 milliards d'euros, qui entend créer 10 000 emplois et attirer 31 millions de visiteurs par an, ont pour leur part déclaré à l'AFP que cette décision ne constituait "pas un coup d'arrêt", et espèrent toujours sa livraison pour 2027.