Le chiffre

Aux quatre coins du globe, les nuits deviennent de plus en plus lumineuses

©Werner Sigg/Shutterstock

La pollution lumineuse s'accroit autour du globe, avec des conséquences néfastes pour l'homme et la biodiversité.

Aux quatre coins de la planète, les nuits deviennent de plus en plus lumineuses, selon une étude publiée mercredi 22 novembre 2017 dans la revue Science Advances. S'appuyant sur les données d'un satellite météorologique observant la Terre, les auteurs révèlent qu'entre 2012 et 2016, la surface de la planète artificiellement éclairée la nuit a augmenté de plus de 2,2 % chaque année.

Un accroissement marqué de la pollution lumineuse qui a une incidence directe sur notre santé, avec notamment des perturbations sur l'horloge biologique qui peuvent provoquer du stress, une fatigue accrue voire, dans certains cas, augmenter les risques de cancer, de diabète ou encore de dépression.

Mais les êtres humains ne sont pas les seuls touchés par ces changements. La faune et la flore y sont également très sensibles, avec des conséquences parfois mal connues. Chez les animaux, l'augmentation de la lumière artificielle peut par exemple générer des modifications dans les schémas de migration et de reproduction des oiseaux, des poissons, des amphibiens, des insectes et des chauves-souris, tandis que de nombreux végétaux voient leurs cycles naturels perturbés.