Environnement

Climat : 8 pays européens, dont la France, appellent à "agir maintenant"

© jorisvo / shutterstock

Huit pays de l'Union européenne (UE), dont la France, l'Espagne et la Belgique, ont lancé un appel commun avant le sommet européen de Sibiu (Roumanie) jeudi, pour "agir maintenant" contre le réchauffement climatique, a indiqué mardi l'Elysée.

"Du fait de son importance fondamentale pour l'avenir de l'Europe, comme défi et comme opportunité, la lutte contre le changement climatique doit être la clef de voute de l'agenda stratégique européen pour la période 2019-2024", affirme le texte signé par la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal et la Suède. Ce texte a été envoyé à l'ensemble des pays membres de l'UE avec l'espoir que "d'autres le signeront avant ou après Sibiu", a indiqué l'Elysée.

Cette initiative a été prise, selon la présidence française, par "les pays les plus ambitieux en matière climatique" pour ne pas que "les plus réticents" "donnent le ton", alors que les dirigeants européens doivent discuter à Sibiu de l'agenda européen pour les cinq prochaines années qui suivront les élections européennes du 26 mai. L'Allemagne a été "associée" à cette démarche mais "n'a pas à ce stade voulu la soutenir" pour "des questions internes", précise-t-on de même source. 

"Les dirigeants européens doivent agir maintenant" pour que "la transition vers une société climatiquement neutre" soit "juste et socialement équilibrée pour tous", affirme le texte. Il appelle l'UE à respecter l'objectif "d'atteindre zéro émission de gaz à effet de serre net d'ici 2050 au plus tard". "Il est crucial de rediriger les flux financiers, à la fois publics et privés, vers l'action climatique", avec "au moins 25% des dépenses" du budget européen consacrées "à des projets destinés à lutter contre le changement climatique", selon le texte. Ce budget "ne doit plus financer de projets préjudiciables à l'atteinte de cet objectif", précise-t-il. Le document appelle en outre à "la transformation de la BEI" (Banque européenne d'investissement) pour faire "de la finance verte sa priorité".