Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Certificats d'économie d'énergie : Total Direct Energie devra régler plus de 250 000 euros de pénalités

Tour Total à Paris.
©ERIC PIERMONT / AFP

Le fournisseur français d’électricité et de gaz a été sanctionné par le ministère de la Transition écologique, pour avoir déclaré des volumes d’énergie épargnés “non justifiés”. 

"Par décision en date du 9 décembre 2020", le fournisseur d'électricité, filiale de TotalEnergies, a reçu "une sanction pécuniaire de 258 014 euros" du ministère de la Transition écologique, selon le Journal officiel publié jeudi 19 août. 

Introduit en 2006, le dispositif des CEE oblige les fournisseurs d'énergie à financer des actions d'économies d'énergie (rénovation thermique des bâtiments, changement de chaudières, énergies renouvelables, etc.), sous peine de pénalités. 

Cela se traduit par un volume d'énergie épargnée à atteindre (comptabilisé en "MWh cumac - cumulés et actualisés") pour chaque vendeur d'énergie : en incitant directement ses clients à réduire leur facture, par exemple en offrant des primes pour certains travaux, ou en les achetant auprès d'intermédiaires. 

La décision concernant Total Direct Energie stipule ainsi l'annulation de 31 736 030 kWh cumac de CEE, déclarés par l'opérateur mais jugés non justifiés. 

Lutter contre les fraudes

Selon le ministère de la Transition écologique, ce dispositif est “l’un des principaux instruments de maîtrise de la politique de maîtrise de la demande énergétique mise en œuvre par la gouvernement”. Les CEE représentent aujourd’hui de l’ordre de 4 milliards d’euros d’incitation aux économies d’énergie.  

Le 28 avril dernier, le gouvernement annonçait vouloir renforcer ce dispositif, en mettant l’accent sur la lutte contre les fraudes. 

Adoptée le 20 juillet dernier à l’Assemblée nationale et au Sénat, la loi Climat et Résilience prévoit un volet spécifique pour mieux encadrer la délivrance des certificats. Les acquéreurs de CEE devront notamment mettre en place "des dispositifs d’identification, d’évaluation et de gestion des risques dont les modalités seront précisées par décret, à défaut d’une annulation pure et simple des CEE acquis", précise le groupe Hellio, acteur de référence de la maîtrise de l’énergie qui a participé aux travaux parlementaires.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Slow Life : mode d’emploi pour ralentir »

Au sommaire : tout pour entreprendre un passage à une vie plus douce et apprendre à ralentir dans tous les domaines du quotidien.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.