Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Biodiversité : les Etats s'engagent à protéger 30 % de la planète

© Tanja_G / Shutterstock

L'Etat français a-t-il pris les mesures permettant de respecter les engagements climatiques du pays ? Non, selon les activistes qui espéraient que le délai fixé au gouvernement pour se justifier avant fin mars place l'environnement au centre de la campagne présidentielle... avant d'être douchés par la guerre en Ukraine.  

Protéger au moins 30% de la planète d'ici à 2030 est l'objectif le plus en vue de négociations internationales visant à mieux protéger la biodiversité, mais s'entendre sur un pourcentage n'est qu'une partie de l'équation, avertissent des participants. Des délégations du monde entier sont se réunies jusqu'à ce mardi à Genève pour élaborer un accord sur la protection de la biodiversité, qui sera adopté à la COP15 de la Convention sur la diversité biologique (CDB) plus tard dans l'année. Les ONG espèrent qu'il permettra de stopper le saccage de la nature, après l'échec des pays à tenir leurs engagements pour la décennie écoulée.

Une coalition de plus de 90 pays veut protéger au moins un tiers des terres et des océans d'ici à 2030 au niveau mondial, un objectif surnommé 30x30 et repris dans le texte négocié. "Le monde entier est convaincu que protéger la nature est essentiel pour l'avenir de la planète, même les grandes entreprises et l'industrie", relève Trevor Sandwith, directeur du Centre des actions de protection de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN). Un objectif chiffré est "facile à viser et à mesurer" mais n'est qu'une partie de l'équation, ajoute-t-il. L'accord qui sera adopté à Kunming devra aussi s'assurer que les aires protégées soient gérées efficacement et équitablement.

Un enjeu de taille pour les populations autochtones

Le sujet est particulièrement sensible pour les peuples autochtones, qui luttent pour protéger leurs terres ancestrales et leurs modes de vie. Les communautés autochtones vivent sur des territoires abritant 80% de la biodiversité restante sur Terre, selon un rapport récent des experts climat de l'ONU (Giec). En 2020, 17% de la surface terrestre était protégée et presque 7% des zones marines et côtières. L'objectif initial était de 17% et 10%.

Pour parvenir à 30%, les délégations tablent sur "d'autres mesures de conservation efficaces et équitables" (OECM en anglais), incluant des zones avec des activités humaines compatibles avec la protection de la nature. Ceci ouvre la voie à l'inclusion des terres gérées et possédées par les peuples autochtones. Mais après des années de marginalisation et de déplacements forcés, leurs représentants veulent être sûrs que leurs communautés auront leur mot à dire. "La notion de mise sous cloche de la nature n'a pas été bonne pour les peuples autochtones", commente Jennifer Tauli Corpuz, de l'association Nia Tero et représentante des peuples autochtones à la CDB.

"Un grand défi"

Si l'objectif de 30x30 est largement soutenu, son adoption "ne sera pas simple", avertit un délégué d'un pays du Nord. L'Afrique du Sud et la Chine, pays hôte de la COP15, sont nerveux à ce sujet, selon lui. "Je suis optimiste, mais il y a encore du travail à faire", estime-t-il. La décision de l'Inde de soutenir cet objectif pourrait peser dans la balance. "La sauvegarde (de la nature) ne se produit que lorsque vous fournissez aux espèces de l'espace où vivre", explique à l'AFP Vinod Mathur, président de l'Autorité nationale biodiversité de l'Inde, présent à Genève. L'Inde a protégé 22% de son territoire via des parcs nationaux et des réserves pour les tigres et augmenter ces espaces protégés serait "très difficile" à cause d'une forte concurrence pour les terres, fait valoir Vinod Mathur. Son département a cartographié le pays pour trouver des zones pouvant devenir des OECM, comme des réservoirs d'eau ou de vastes terrains privés.

La session de négociations à Genève s'achève mardi sans avoir négocié en détail l'objectif du 30x30. Au-delà du pourcentage, il faut se concentrer sur la qualité des territoires protégés, insiste Heather Bingham, qui dirige l'initiative Planète protégée. "C'est un grand défi : nous savons plutôt bien où se trouvent les aires protégées, mais pas de leur degré d'efficacité", ajoute-t-elle. Le recours à des données satellites pourrait changer la donne. Pour Linda Krueger de l'ONG Nature Conservancy, les nouvelles aires protégées devront passer un test. "Nous devons constater que la biodiversité est maintenue ou améliorée à cet endroit", dit-elle. L'objectif de protéger au moins 30% de la planète ne doit pas faire oublier les efforts nécessaires pour préserver la nature ailleurs, en augmentant les espaces verts dans les villes ou en réduisant les pesticides en agriculture. "Nous avons besoin de 100%, nous avons déjà perdu trop de nature", ajoute-t-elle.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi
Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

 


 

 

 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.