Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

HUMEUR

Allain Bougrain-Dubourg: "Un vent mauvais souffle du côté des éoliennes d'Oléron"

Allain Bougrain-Dubourg, grand défenseur de la cause animale, président de la Ligue pour la protection des oiseaux.
©XAVIER LEOTY / AFP

Depuis plusieurs mois, le projet d'un futur parc éolien offshore au large de l'île d'Oléron (Charente-Maritime) suscite de vives critiques de la part des élus, des pêcheurs et des associations de défense de l'environnement. 

Un vent mauvais souffle du côté des éoliennes d'Oléron. Pourtant, lorsqu’en 2015 le parc naturel marin "Estuaire de la Gironde et mer de Pertuis" est créé, chacun se réjouit de voir 6 500 km2 d'espace protégé. L'Office Français de la Biodiversité souligne même que de nombreuses espèces viennent y trouver refuge, se nourrir et se reproduire. "Certaines de ces espèces parcourent des milliers de kilomètres pour passer une partie de leur existence dans le parc". Dans quel esprit chagrin est née l'idée d'implanter des éoliennes dans ce havre de paix ? Rien de grave, semble justifier l'Administration en 2016, l'opération ne couvrira que 120 km2. Sauf que, plus tard, on parle de 300 km2, puis 743 km2 en novembre 2021.

Autant en emporte le vent

Le collectif Némo (Non à l'Eolien Marin à Oléron) qui, dès la première heure s'est opposé au projet sans renier l'intérêt des énergies renouvelables, n'en peut plus devant les incohérences du dossier : "Aujourd'hui, on en est à quatre fois la taille du parc initial et d’autres parcs sont à prévoir jusqu'aux Sables-d'Olonne". Les arguments chocs ne manquent pas. En mer, des centaines de machines, "une forêt de tours Eiffel" approchant les 300 mètres, bouleverseront le milieu marin et aérien.

Le directeur des Aires Marines Protégées confirme : "Le choix d'une telle zone pour l'éolien, compte tenu des enjeux environnementaux, n'apparait pas approprié". Tandis que le préfet maritime assure : "Il y aura un choix à faire entre le parc éolien et le parc naturel marin". Dans la foulée, la filière de pêche artisanale, les collectivités locales, les associations de défense de l’environnement et même les chasseurs ont déclaré leur opposition au projet. Le débat public destiné à mesurer la perception des intéressés n'a guère apporté d'éclairage supplémentaire. Ou plutôt n'a pas rassuré tous ceux qui veulent préserver l'horizon. Le bras de fer est loin de se terminer, l'exécutif considérant le fantastique potentiel d'éolien off-shore. Peut-être mais pas n'importe où !

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #9 : Comment vivre presque sans plastique ?

Au sommaire : état des lieux de la place du plastique dans nos vies, conséquences sur l'Homme et l'environnement, solutions pour s'en débarrasser... 68 pages de solutions pour passer à l'action.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.