Entreprises

Un bout d'autoroute "100 % recyclable" expérimenté en Gironde

©Hadrian/Shutterstock

Une route faite à 100 % de matériaux recyclés : une première portion d'autoroute "économie circulaire" a été présentée mardi en Gironde, où le fort trafic du nord de Bordeaux emprunte désormais un petit bout d'A10 qui préfigure peut-être les "Routes du futur".

Ce tronçon d'un km sur une voie de l'A10 dans le sens Bordeaux-Paris, a été achevé lors du chantier de réfection de 40 km de cet axe par Eurovia, filiale de Vinci et un des leaders de la conception et contruction de routes, avec la collaboration du constructeur de matériel Marini-Ermont (Groupe Fayat).

Le revêtement ressemble à n'importe quel autre et rouler dessus n'engendre aucune sensation particulière, ont constaté des journalistes.

L'innovation vient de "l'enrobé bitumineux" (le mélange de gravier, de sable et de liant) qui revêt les chaussées, composé à plus de 97 % à 98 % d'agrégats provenant de la déconstruction de routes, contre 18% en moyenne pour les routes réalisées ou rénovées en France, jusqu'à 50 % sur certains chantiers.

Route 100 % recyclée

La "100 % recyclée" (ou quasi, car quelques pourcentages d'additifs sont encore incontournables), présente des avantages "durables" multiples, a expliqué le directeur général d'Eurovia France, Jean-Pierre Paseri.

Elle préserve les ressources naturelles en n'utilisant pas de granulats vierges (extraits de carrières). Elle fait réaliser de considérables économies de transports des agrégats. Les 3000 tonnes utilisées sur ce km ont permis d'éviter 20 allers-retours de 300 km à des camions, selon Eurovia.

La clef est la réalisation d'une usine mobile --donc transportable tout près de l'axe routier à rénover-- capable de réaliser des enrobés jusqu'à 100 % de recyclés, là où ce pourcentage ne pouvait être atteint que par de grosses unités fixes, donc distantes.

Cette usine mobile "nouvelle génération" permet en outre de réduire de 20 à 50 % les consommations d'énergie, émission de gaz à effet de serre et composés organiques volatiles. Et ne perd pas en performance de production -de 250 à 400 tonnes/heure, selon le taux de recyclage.

"Nos matières premières de demain sont dans nos produits d'aujourd'hui", a indiqué Lionel Poitevin, directeur Nouvelle-Aquitaine de l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), l'opérateur public qui accompagne le projet.

Le coût global du projet est de cinq millions d'euros, dont 1,4 M venant de l'Ademe sous forme de subventions ou avances remboursables.

Pour Christophe Hug, directeur général adjoint de Vinci Autoroutes, le procédé ouvre "des perspectives très intéressantes pour nos futurs chantiers" autoroutiers.

Dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir (PIA), quatre projets lauréats pour la "Route du Futur" ont été sélectionnés en 2017 par l'Ademe et à ce titre co-financés par l'Etat.

Deux sont portés par Eurovia: cette route "100 % recyclée" et "Powerroad", la "route chauffante", pour déneiger une route ou chauffer un bâtiment, expérimentée dans le Doubs et les Yvelines depuis un an.

Les deux autres portent sur un géosynthétique (une membrane) "intelligent", qui détecte et alerte sur un affaissement ou un effondrement éventuel des sols. Ce projet "Regic" est le fait d'une PME, Texinov.

L'autre, baptisé I-Street et coordonné par Eiffage, vise à développer des solutions innovantes à différents maillons de la chaîne comme la fabrication d'enrobés sous forme de granulés, une chaussée urbaine démontable ou des peintures innovantes.