Entreprises

Pollution : les trains SNCF bientôt équipés d'aspirateurs à particules fines ?

©Leonid Andronov/Shutterstock

La SNCF souhaite équiper ses trains en circulation d'aspirateurs à particules fines afin de réduire la pollution de l'air. Placé sur les freins, directement à la source d'émission, ce système devrait permettre de réduire les particules à hauteur d'au moins 70 %.

Ce système devrait voir le jour d'ici la fin de l'année sur des trains en circulation du réseau SNCF. Cette technologie, mise au point par Tallano, vise à réduire les émissions de particules fines qui émanent des systèmes de freinage, grâce à un aspirateur placé directement sur les plaquettes de frein. 

Selon les premiers tests établis, cela devrait permettre de réduire les émissions de 70 %. Christophe Rocca-Serra, responsable communication de l'entreprise, souligne que Tallano est "plutôt confiant avec cet objectif". Les résultats pourraient même atteindre un pallier plus élevé.

Capter les particules fines directement à la source

L'aspirateur permet une captation à la source de ces particules ultra-fines : le frottement des plaquettes de frein sur le disque lors du freinage provoque une abrasion, ce qui dégage ces particules. Selon Christophe Rocca-Serra, les freins sont la première source d'émission de particules sur un véhicule automobile neuf, soit cinq à six fois supérieure au pot d'échappement. Concernant les trains, qui ne possèdent pas de pots d'échappement, c'est donc la source principale. 

Pour l'heure, des tests sont en cours sur des bancs d'essai : la firme estime que d'ici l'été 2019, des premiers trains de nuit sans voyageur pourront être équipés de l'aspirateur à particules. D'ici la fin de l'année, deux trains de la ligne de RER C devraient être les premiers en circulation à tester officiellement le système. À terme, celui-ci devrait être étendu à l'ensemble du réseau SNCF.