Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social lab

Papier toilette écologique : "une tonne de papier recyclé, ce sont 17 arbres sauvés"

Audrey Destang, fondatrice de la marque de papier hygiénique Popee.
©Popee/DR

Et si la transition écologique commençait aux toilettes ? C’est le parti-pris de l’entreprise Popee qui propose un papier hygiénique fabriqué à partir du papier de bureau recyclé.

Présent quasiment dans tous les foyers, le papier toilette est devenu un produit incontournable au quotidien. Démocratisé depuis les années 1950, il se vend à petits prix mais peut coûter cher à l’environnement sur le long terme. Pour faire face à la surconsommation de ce produit, une entreprise s'est lancée dans le papier hygiénique recyclé et made in France. Entretien avec Audrey Destang, fondatrice de la marque Popee.

Comment présentez-vous Popee ?

C'est une marque de papier d'hygiène écoresponsable avec trois caractéristiques principales : un engagement sur l'écologie parce que nous faisons des produits en papier recyclé, un engagement social parce que nous sommes 100 % made in France et nous reversons une partie de nos bénéfices à Emmaüs Francepuis un engagement de santé puisque nous avons un papier qui n'est pas blanchi, sans parfum et sans colorant.

Qu'est-ce qui le différencie d'un papier hygiénique classique que nous avons l'habitude de consommer ?

Il faut savoir qu'en France nous ne sommes pas habitués au papier toilette recyclé puisque 80 % de ce papier acheté est en fibre vierge, donc c'est déjà une grande différence. Par rapport aux autres papiers recyclés, nous garantissons la traçabilité des matières premières puisque nous utilisons uniquement du papier de corbeille de bureau d'entreprises qui sont situées exclusivement en Normandie et en Bretagne.

Il existe deux options pour le papier toilette. Soit vous faites venir de la fibre vierge des arbres, généralement d'Amérique du Sud ou de Scandinavie, qui est ensuite transformée en pâte à papier. Soit vous récupérez le papier industriel ou d'entreprises qui est traité plus facilement et qui servira ensuite de pâte à papier tout simplement. Nous avons ainsi un cercle vertueux puisqu'il y a certaines entreprises qui aiment bien l'idée que leur papier puisse ensuite resservir à un autre usage dans l'entreprise également.

Nous voulons maîtriser la transformation de notre matière première, sa provenance mais aussi les conditions de travail."

Y a-t-il d'autres points de divergences ?

L'aspect made in France est un autre point fort de ce produit. Beaucoup de marques ne peuvent pas malheureusement faire du made in France parce que leur matière première n'est pas française. Nous avons pris cet engagement, parce que nous voulons maîtriser la transformation de notre matière première, sa provenance mais aussi les conditions de travail des personnes avec lesquelles nous travaillons. Donc nous avons tout un tas de partenaires qui respectent un certain nombre de chartes, notamment pour le travail des personnes en logistique.

Nous avons plus de 6000 clients, dont la moitié est abonnée."

Une grande différence concerne aussi notre modèle économique. Nous sommes l'une des rares marques en France à vendre notre produit en ligne et sous format d'abonnement parce que celui-ci est consommé au quotidien. Donc l'idée est de ne jamais en manquer avec un modèle de livraison à domicile de façon mensuelle ou bimensuelle selon les besoins des clients.

En chiffres, comment se porte Popee ?

C'est une marque que j'ai lancée récemment, depuis un peu plus d'un an. Aujourd'hui nous sommes trois femmes à gérer l'entreprise, et nous avons plus de 6000 clients, dont la moitié est abonnée. Nous avons aussi une cinquantaine des revendeurs dans toute la France, ça peut aller de petites épiceries bio, vrac, à des plus grosses enseignes comme Carrefour.

Est-ce que ce produit reste accessible à une majorité de la clientèle ?

Nous sommes plus chers que l'entrée de gamme, c'est-à-dire les papiers qui ne seraient pas recyclés et très peu compacts, vendus en grande distribution. Cependant, par rapport à un produit bio, recyclé, nous proposons un rouleau qui est généralement deux à trois fois plus compacts que les rouleaux vendus dans ces épiceries. À la feuille, nous sommes quasiment au même prix que les papiers que vous pouvez trouver dans les réseaux de distribution. Nous proposons 350 feuilles contre 170 feuilles en moyenne dans le commerce et les remarques de nos clients montrent qu'il y a également un aspect économique dans l'achat de Popee.

Une tonne de Popee recyclée, ce sont 17 arbres sauvés."

Quel est l'impact réel pour une famille entre un produit classique et un produit comme celui que vous proposez ?

Je pense qu'il y a deux réponses. Sur le sujet de l'écologie, nous avons un chiffre assez parlant. Une tonne de Popee recyclée, ce sont 17 arbres sauvés. Ensuite sur la partie santé, le fait d'avoir un produit qui n'est pas traité fait que les clients souffriraient moins de muqueuses et d'hémorroïdes.

Nous croyons à l'écologie des petits pas et je ne pense pas que nous pouvons modifier la mentalité des citoyens en étant anxiogène, en changeant radicalement les habitudes. L'idée est d'avoir un marketing assumé, amusant et des clients satisfaits de recevoir leur Popee.

Nous ne vendrons jamais de produits lavables."

Les toilettes sont des pièces peu présentes dans les discussions autour de la transition écologique, pourtant elles ont une place importante dans notre quotidien et peuvent avoir une place dans l'écologie des petits pas...

Tout à fait ! Il y a deux points sur ces pièces. C'est d'abord la consommation d'eau liée aux chasses d'eau, ainsi que l'hygiène - qui est au cœur de notre projet. Nous ne vendrons jamais de produits lavables : nous préférons vendre des produits jetables et à usage unique car nous pensons que les toilettes sont des lieux où le lavable n'a pas sa place. Encore une fois, nous n’avons pas cette écologie radicale parce que nous pensons qu'il est difficile de demander aux gens de laver à chaque fois un tissu pour aller aux toilettes.

Une interview réalisée en partenariat avec France Inter. Pour écouter la chronique Social Lab, c'est par ici :

 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison » sur notre boutique en ligne !

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs