Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Femmes à la tête des grands groupes : la France à la traîne

©Maxim Blinkov/Shutterstock

La part des femmes à la tête des plus grands groupes mondiaux cotés en Bourse reste faible mais progresse, sauf en France qui accuse un important retard, selon une étude publiée jeudi par le cabinet Heidrick & Struggles.

"On a un accroissement du nombre de femmes PDG au niveau global : on passe à 13 % au premier semestre 2021 alors qu'on était à 5-6 % les années précédentes", a souligné Jennifer Flock, coresponsable de la pratique diversité et inclusion chez Heidrick & Struggles, lors d'une présentation de l'étude à la presse. Elle a ajouté que la France était "assez un retard par rapport à la plupart des autres pays", avec une seule femme à la tête d'une entreprise du CAC40, la directrice générale d'Engie Catherine MacGregor.

Au total, le cabinet a examiné les parcours de 1095 dirigeants à la tête des entreprises cotées ayant les plus grandes capitalisations boursières. En 2020, durant la crise du Covid, "les entreprises ont fait preuve d'un énorme conservatisme dans le choix de leurs CEO (chief executiv officer)" avec moins de recrutements et des choix marqués par une aversion au risque, a expliqué Hervé Borensztejn, responsable des activités consulting du cabinet. "2021 est une année qui permet de retrouver la tendance des années précédentes" avec toutefois une augmentation des promotions internes, a-t-il ajouté.

En France, "on voit un énorme décalage entre la situation au niveau des conseils d'administration et ce qu'on constate au niveau des PDG et des Comex (comités exécutifs)", a précisé Jennifer Flock. Elle a rappelé que "la France est leader en ce qui concerne la mixité des conseils d'administration suite à la loi Copé-Zimmmermann" qui impose un quota de 40 % de femmes dans ces instances. Selon Mme Flock, la faible représentation des femmes à la tête des grandes entreprises "est une situation qui n'est pas tenable, parce qu'il y a aujourd'hui de plus en plus de pression sur ces questions de mixité de la part des conseils d'administration, des investisseurs, des clients, des employés, des candidats". "Avec l'arrivée de la loi Rixain, cette pression va monter encore d'un cran" dans un marché très tendu pour la recherche de talents, affirme-t-elle.

La proposition de loi de la députée Marie-Pierre Rixain prévoit l'imposition d'un quota de 30 % de femmes en 2027 et 40 % en 2030, mais le périmètre prévu est assez large puisqu'il inclut non seulement les membres des instances dirigeantes, mais aussi les cadres dirigeantes.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France. 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.