Education/Citoyenneté

Vous n’avez pas lu le rapport du GIEC ? Des citoyens l’ont traduit pour vous !

Icebergs et glacier de la calotte glaciaire dans le fjord Sermilik, près de Tiniteqilaaq (Groenland)
©PHILIPPE ROY / AURIMAGES / AFP

Si, à l’image de nombreux décideurs politiques, vous n’avez pas encore jeté un coup d’œil au fameux rapport du GIEC paru en octobre 2018, la barrière de la langue ne sera plus un obstacle ! Une version traduite en français est désormais disponible sur Wikisource. 

Le rapport du GIEC – le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – a fait parler de lui… Mais qui l’a réellement lu ? C’est la question qu’a posée le citoyen Brice Montagne, à la chambre des députés du Luxembourg en février : 

La réponse à sa question a été unanime : aucune main ne s'est levée dans la salle... 

Comment des politicien.ne.s peuvent-ils/elles faire un travail éclairé sur le changement climatique si les connaissances ne sont pas là ? Brice Montagne 

Ainsi, le rapport auquel Brice Montagne fait référence est en réalité un résumé de 32 pages en anglais, à destination des politiques. Des citoyens ont décidé de le traduire pour le rendre accessible à tous et mobiliser une conscience collective. En effet, le texte publié il y a six mois de cela n’a été publié qu’en anglais. C’est pourquoi, quelques Monsieurs et Madames Tout-le-monde ont pris l’initiative de s’en charger. 

L’appel a été lancé sur Facebook par Brice Montagne, sur une idée originale d’Eva Girodon

Le rapport du GIEC n'existe qu'en anglais ? Qu'à cela ne tienne traduisons le nous même ! Une idée géniale suggérée par Eva Girodon. Bravo et merci à elle !!

Publiée par Brice Montagne sur Vendredi 15 février 2019

Une démarche collective marquée par la rigueur et la transparence

La première à avoir été publiée est la version française, pour laquelle une vingtaine de personnes s’est attelée à la tâche durant plusieurs semaines. Elle a déjà consultée plus de 30 000 fois, d’après l’article co-écrit par Brice Montagne et paru dans The Conversation. "Un véritable succès pour le résumé d’un texte qui reste très technique" peut-on lire. Elle a été publiée en mars, sur la bibliothèque numérique accessible à tous Wikisource

La démarche bénévole et citoyenne a été marquée par une certaine transparence. Les diverses étapes de l’écriture ont été discutées du Wikisource et sont accessibles à tous ici. Cette discussion nous éclaire sur le caractère rigoureux qui a encadré la démarche. Ainsi, le service juridique du Giec a par exemple été contacté par les citoyens impliqués avant même de procéder à la première étape de traduction - effectuée via "Deep Translator". 

Youba Sokona et Thelma Krug, vice-présidents du GIEC, ont apporté leur soutien à l’initiative en relisant deux versions traduites, en portugais et en français. La démarche a également été saluée sur twitter par Valérie Masson-Delmote, présidente du groupe du GIEC


Mais au fait, qu'est-ce que le rapport du GIEC ? 

  • Les experts ayant rédigé ce rapport dressent un constat alarmant et mettent en évidence les conséquences du réchauffement planétaire de 1,5°C par rapport à la période préindustrielle, sur la biodiversité et les populations humaines notamment.
  • Ils insistent sur l’état d'urgence climatique et expriment la nécessité d’élaborer une transition pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
  • Un résumé d'une trentaine de pages à destination des décideurs et décideuses politiques donne des pistes de solutions et dévoile des moyens d’action possibles.