Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Une école flottante pour sensibiliser les jeunes aux enjeux de la mer

Marion Dufresne en station lors d'une opération de prélèvements et mesures par CTD-Rosette lors de la campagne MAYOBS15, octobre 2020.
©REVOSIMA-MAYOBS15 (IFREMER, CNRS, IPGP, BRGM, OVPF, Université de Paris)

Etudiants, scientifiques et marins embarquent à bord du Marion Dufresne II pour passer une dizaine de jours dans l’Océan Indien. Une expérience scientifique et pédagogique unique pour comprendre la richesse des océans.

Partis de l’Ile de la Réunion le 27 juin, soixante-quinze étudiants venus de formations scientifiques, artistiques et des métiers de la marine partagent une aventure savante et culturelle hors du commun. A bord du Marion Dufresne II, un navire qui opère au sein des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), ces jeunes expérimentent la première édition de l’Ecole Bleu Outremer. Ce dispositif a été élaboré par le ministère des Outre-mer, l’Ifremer et une trentaine d’autres partenaires, et présenté lors d’une conférence de presse dédiée le 23 juin. Durant cette traversée d’une dizaine de jours, les élèves sont invités à participer à des missions scientifiques, des conférences et cours pour saisir la richesse de l’océan Indien. "Une vigie et une arme contre le réchauffement climatique" selon Sophie Brocas, Directrice Générale des Outre-mer qui espère sensibiliser la jeunesse à la cause des océans.

Une expérience scientifique et pédagogique unique

Lors de ce voyage, plusieurs étapes permettent aux élèves de découvrir les ressources de l’Océan Indien. Exploration des monts sous-marins de la Pérouse et de La Feuillée, près de la Réunion, escales aux îles glorieuses, excursion sur un geyser et étape sur l’île de Mayotte : le programme du voyage est chargé. Les élèves doivent réaliser des prélèvements de roches et de l’eau en surface pour capter les particules de plastique, suivre des enseignements en écologie marine et des conférences pour comprendre les effets du réchauffement climatique sur la biodiversité océanique. Les étudiants participeront aussi à la mission scientifique d’étude du Mayobs 2, un volcan sous-marin apparu récemment au large de Mayotte. L’expérience n’est pas que scientifique. Les étudiants d’art seront ainsi conviés à participer aux mêmes activités que les futurs scientifiques. Une manière de se "nourrir de ces connaissances pour réaliser une exposition à venir sur le sujet", relève Coline, une élève en art qui fait partie du voyage.

Une aventure humaine

Une chance de construire un autre type d’enseignement pour Emmanuel Corse. Le professeur au centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte, voit ce voyage comme une sorte de "pédagogie en dehors des murs de l’université". Le mélange des élèves venus de différentes îles de la région est une véritable aubaine pour Mouyna Inzoudi, étudiante en biologie de Mayotte et Magali Rocamora, élèves en sciences politiques venue des Seychelles, qui espèrent connaître davantage leur région et les personnes qui la peuplent. Une chance aussi pour Merlène Saunier, doctorante,"attirée par le côté humain de l’expérience". Si les participants discutent ensemble des conséquences du changement climatique sur les océans, c’est aussi l’occasion pour eux d’échanger autour de leurs différentes cultures et formations.

Une sensibilisation à la richesse des océans

Les Outre-mer représentent 97 % de la surface maritime française et comptent près de 18 000 espèces marines. "Une richesse incomparable" que les organisateurs souhaitent partager aux étudiants. "Les jeunes de cette région ne considèrent pas assez leurs océans, c’est pourquoi nous avons mis sur pied cette mission", confie Sophie Brocas lors de la conférence de presse. L’objectif de cette école flottante n’est pas uniquement d’apprendre aux étudiants certaines méthodes scientifiques mais aussi de "changer leur rapport à la mer", indique Emmanuel Corse. Une expérience médiatisée par le journal de bord relatant l’aventure de l’équipage et diffusé au jour le jour sur le site de l’Ifremer. Sophie Brocas compte aussi sur les étudiants eux-mêmes qui, à travers leurs réseaux sociaux, "tissent un lien entre eux et ceux qui sont restés à terre" afin de partager leurs connaissances.  

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

 


 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs