Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Un Breton en partance pour le pôle Nord et la banquise qui "disparaît"

L'expéditeur Vincent Grison va se rendre de Rennes au Pôle Nord en solitaire avec son bateau disposant de panneaux solaires.
©Lamas Production

A bord d'un canot animé par la force de ses bras et du vent, Vincent Grison, architecte naval de 34 ans, s'apprête à quitter Rennes pour le pôle Nord, une expédition de trois mois pour raconter "la banquise qui disparaît".

Le départ de "Rennes-pôle Nord" est prévu samedi à 10h depuis la place de la mairie à Rennes. Dans un premier temps, a-t-il expliqué jeudi, Vincent Grison rejoindra Saint-Malo en remorquant son bateau à vélo. Son canot, le "Breizh glace", sera ensuite transporté vers l'Islande, située à 300 km des côtes du Groenland, à bord d'un voilier de 16 mètres.

Traversée en solitaire par la force du vent

Il souhaitait à l'origine rallier le Spitzberg (Norvège) mais en raison des restrictions internationales liées à l'épidémie de Covid-19, il a dû revoir son plan de route : il rejoindra le Groenland par l'est à la rame, aidé par le vent et des cerfs-volants fonctionnant à la manière du kite-surf. Ce grand trentenaire aux cheveux châtain a lui-même conçu et construit ce canot monoplace de couleur jaune fluorescent. Mesurant 5,50 m de long sur 1 m de large et 1 m de haut, le bateau qui est fait de matériaux composites pèse 100 kg, produit de l'électricité avec des panneaux solaires et peut embarquer 40 kg de nourriture déshydratée et aussi des recharges de gaz.

Vincent Grison qui pratique déjà les courses en solitaire, pilotera son canot depuis sa cabine qui servira aussi de "lieu de vie" et de repos, assis sur un siège en toile tendu comme un hamac, comme a pu le constater un journaliste de l'AFP. Il espère être sur la banquise entre les 10 et 24 juin et prévoit de rentrer à Rennes entre la fin juillet et début août.

Son projet initié "en mai 2020 après le premier confinement" fédère une trentaine de partenaires, parmi lesquels l'université de Rennes 2 qui apporte l'appui d'un "programme de détection des glaces par satellite". Ce qui doit permettre au bateau de se frayer un chemin entre les blocs de glace. Soutenu par Rennes Métropole, le projet revêt également une dimension éducative : 3000 écoliers et collégiens rennais suivent depuis plusieurs mois la préparation de l'expédition.

"Dans quelques années, elle aura complètement disparu"

"L'idée est de parler du pôle Nord et de sa banquise qui disparaît. C'est une zone qui se réchauffe trois à quatre fois plus vite que le reste de la planète, dans quelques années elle aura complètement disparu les étés", a expliqué jeudi avant son départ Vincent Grison. Le public pourra suivre sur Facebook le périple du trentenaire qui a prévu de donner des interviews, et de poster des photos, vidéos, qui alimenteront un podcast et un blog.

Quand on lui demande s'il se voit comme le "Thomas Pesquet de Bretagne", Vincent Grison répond : "Ah, si seulement je pouvais aller dans l'espace...".

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Se mettre (vraiment) au zéro déchet : mode d’emploi ». 

Au sommaire :  tout pour comprendre ce que contiennent réellement nos poubelles et comment les réduire.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.