Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID d'ailleurs

Maroc : à Casablanca, les habitants se mobilisent pour une ville plus propre via les réseaux sociaux

Vue panoramique de la ville de Casablanca, Maroc
©Marianna Ianovska/Shutterstock

A Casablanca au Maroc, des habitants se rassemblent via des groupes Facebook, avec pour objectifs de dénoncer la pollution de la ville et promouvoir les actions citoyennes. 

Casablanca, la plus grande ville du Maroc, est aussi l'une des plus sales. Face à la dégradation de la "ville blanche" dont ils sont témoins, certains habitants se rassemblent sur des groupes Facebook, afin de signaler la pollution et les incivilités, mais aussi afin de déclencher des actions citoyennes. Save Casablanca est un groupe crée en 2014 et comptant plus de 130 000 membres. Avec plusieurs dizaines de publications par jour, ces Casablancais dénoncent en photo ou en vidéo l'état de leur ville: nuisances sonores, pollution, trafic routier, déchets... Les commentaires montrent du doigt le manque de civisme des habitants mais aussi les services publics.

Un autre groupe, Action Casa, a été crée en 2017, afin de passer à l'action et sensibiliser la population aux problématiques environnementales et au vivre ensemble. Constitué de près de 4000 membres, ce groupe rassemble des personnes motivées à créer un impact au travers d'initiatives collectives, notamment concernant la propreté des rues et le tri des déchets. Fedwa Bouzoubaa, avocate d’affaires et l’une des instigatrices de ce mouvement, a confié à France 24 : "en neuf mois, nous avons déjà mené, de façon entièrement bénévole, une vingtaine d’actions avec un impact fort". Les membres du petit collectif ont déjà effectué des missions de nettoyage sur la place des Nations Unies, très fréquentée, mais aussi sur les plages et les cimetières. Casablanca n'ayant pas de vrai système de tri sélectif, ils interviennent également en collectant les déchets réutilisables (carton, verre) pour les donner aux revendeurs, appelés les "chiffonniers".