Education/Citoyenneté

Grand Débat : tour d’horizon des propositions citoyennes pour la transition écologique

Marche pour le climat à Paris.
©KARINE PIERRE / HANS LUCAS

Sur la plateforme granddebat.fr, les participants ont la possibilité de répondre à des questionnaires à choix multiples ou bien de publier leurs propositions. ID vous propose une petite sélection des tendances générales et des idées concrètes qui animent la section "Transition écologique" de la plateforme.

Le fonctionnement de la plateforme fait polémique : de nombreux citoyens se sont indignés de devoir répondre à des questions préparées au préalable et un collectif de gilets jaunes a d'ailleurs créé une plateforme nommée "Le Vrai Débat" où les champs sont laissés vides pour les contributeurs. D’autres regrettent que l’on ne puisse pas voter pour les propositions des autres participants. Malgré cela, les contributions sont nombreuses : la section liée à la thématique "Transition écologique" en compte à ce jour près de 60 000. Elle se situe en seconde position derrière la section "Fiscalité et dépenses publiques" qui en compte près de 80 000, et devant les sections "Organisation de l’état et des services publics" et "Démocratie et citoyenneté".  

©capture d'écran/ site du Grand Débat

Globalement, certains participants s’indignent de la politique écologique gouvernementale et disent "stop à l'écologie punitive", quand d'autres considèrent pour leur part qu'il faut au contraire appliquer un principe de "zéro tolérance" pour ceux qui ne respectent pas les règles. Des contributeurs s’en prennent au concept même de transition écologique : certains préfèrent parler de "rupture". De plus, le concept de "transition écologique" ne revêt pas la même signification aux yeux de tous : beaucoup de participants rejettent sa vision "bobo parisienne"; d'autres considèrent qu’il faut mieux prendre en compte les inégalités sociales. "Les problèmes d’écologie évoqués sur les réseaux sociaux (viande, bio, alimentation) sont l’apanage de personnes riches, qui ont le temps et l’argent pour le faire. Aujourd’hui, être écolo au quotidien, ça revient beaucoup trop cher […]", remarque un citoyen. La grande majorité des participants a toutefois des alternatives à proposer : originales, loufoques, utopiques, polémiques…mais concrètes, et souvent même réalisables ! Ces propositions touchent à différents domaines : 

Transports : covoiturage, ferroutage et télétravail

L’une des tendances principales concerne la valorisation des transports en commun (baisse des prix, augmentation de leurs fréquences et de leurs dessertes, etc.). Des contributeurs proposent d'instaurer la gratuité des parkings les week-ends quand d'autres estiment que la priorité est de réinstaller de petites lignes de chemin de fer pour désengorger les routes. Certains désirent par ailleurs voir le covoiturage encouragé, par exemple en installant "des arrêts covoiturage à l’entrée et à la sortie des villes". 

Le développement du ferroutage – le transport des camions par train – est repris dans de nombreuses propositions : certains estiment que cela permettrait "d’alléger nos autoroutes, donc de gagner en sécurité et en écologie". De nombreux participants insistent également sur la nécessité de "surtaxer" le kérozène et le fioul utilisés pour les transports aériens et maritimes. Certains enfin proposent de taxer les camions étrangers qui traversent la France. Un contributeur a eu l'idée d'équiper chaque véhicule d’un "GPS déclarant le nombre de kilomètres effectués. Ce nombre de km se déduirait d’un crédit initial donné au départ à chaque citoyen. Un avantage (fiscal par exemple) serait donné chaque année au prorata des km restant sur le crédit". 

Vue aérienne d'un ferroutage de camions-citernes.
©ANDREI BORODULIN / AFP

Le sujet des voitures électriques est quant à lui hautement polémique sur la plateforme. Quand certains contributeurs pensent par exemple qu’il faut "sortir du tout essence" et que le système de la prime de conversion devrait être complété par des prêts à taux zéro, d'autres considèrent que "le véhicule électrique n’est pas l’avenir". Enfin, de nombreux contributeurs désirent voir le télétravail revalorisé, avec par exemple "la mise en place d’un bonus/malus sur les entreprises (qui) permettrait de les amener à faire ce changement". 

Gestion des déchets : composts participatifs et rayons vrac 

Toute entreprise produisant un bien de consommation devrait gérer aussi bien sa production que sa fin de vie. 

Au niveau du tri sélectif, plusieurs propositions se distinguent : de nombreux contributeurs demandent à ce que des directives européennes soient prises pour imposer à "toute entreprise produisant un bien de consommation" de "gérer aussi bien sa production que sa fin de vie". Ils apprécieraient également que des normes soient imposées aux industriels pour limiter le suremballage, et que les déchetteries soient rendues gratuites pour les entreprises afin de limiter les dépôts sauvages d'ordures. Des participants souhaitent aussi implanter des composts participatifs dans les communes, et demandent à ce qu’un rayon vrac soit imposé dans les supermarchés.

©Newman Studio/Shutterstock

Agriculture : les circuits courts à l'honneur

Les propositions évoquent beaucoup la réduction des pesticides, mais aussi l’autorisation de "la vente de semences de variété traditionnelle, non inscrites au Catalogue officiel". La valorisation des circuits courts est également évoquée à de nombreuses reprises : certains citoyens voudraient qu'il soit désormais possible de "payer les petits producteurs bio en circuits courts avec les tickets restaurant".

Logement : économies d'énergie et habitats alternatifs

Parmi les nombreuses contributions liées au logement, certaines évoquent le souhait d'imposer aux nouvelles constructions l'installation d'un "circuit d’alimentation en eau non-potable pour les toilettes, les lave-linges, etc.", ainsi que l’installation de panneaux photovoltaïques. Certains participants regrettent de ne pas avoir un meilleur accès aux informations sur les solutions qui existent déjà : ils évoquent la possibilité de crééer "une plateforme publique regroupant tous les choix possibles en termes d’économies d’énergie lorsque nous construisons une maison par exemple". D’autres estiment qu’il faut autoriser les personnes souhaitant vivre dans "des habitats alternatifs (les yourtes, les tiny-houses) à s’installer avec l’accord des communes sur des terrains constructibles ou non pour une durée indéterminée". 

Tiny house à Berlin.
©MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE / AFP

Mais les problématiques liées au logement sont principalement centrées autour de l’isolation thermique et des systèmes de chauffage : certains estiment que c’est aux fournisseurs d’énergie de réaliser les travaux de réhabilitation et d’isolation, d’autres estiment que ce rôle revient aux bailleurs. Certains proposent également d’instaurer une taxe sur le "surplus" de chauffage. 

Énergies : photovoltaïque et éolien urbain

La question du nucléaire est la plus polémique : des participants estiment qu’il faut s’en débarasser, d’autres pensent qu’il faut arrêter de le "diaboliser" et qu'il faut "mettre plus de budget" dans la recherche sur "des technologies telles que la fusion nucléaire". Parmi les tendances générales, nombreux sont les contributeurs qui souhaitent fermer en priorité les centrales à charbon, favoriser le photovoltaïque "avec usage direct individuel" et développer le "petit éolien urbain". 

Éducation : sensibiliser les générations futures à l'écologie

Les enfants doivent devenir des prescripteurs pour les générations futures. 

De nombreuses propositions mettent en avant l'importance de la sensibilisation chez les enfants : la transition écologique doit selon celles-ci occuper une place certaine dans les programmes scolaires. Les participants proposent entre autres de mettre en place des cours de réparation de vélo dans les écoles, de proposer un menu vegan et bio dans toutes les cantines et de proposer plus d'activités manuelles : "pour moins consommer il faut être un minimum autonome dans les activités quotidiennes (bricolage, couture, etc.)". Un des contributeurs déclare que "les enfants doivent devenir des prescripteurs pour les générations futures" et qu'il faut donc "continuer à promouvoir l’amour de la nature au travers de l’éducation sans les culpabiliser ou les angoisser".

©ERIC AUDRAS / ALTOPRESS / PHOTOALTO/ AFP

Financement de la transition écologique 

Des contributeurs proposent de "taxer tout ce qui est produit en dehors de l’hexagone, proportionnellement aux coûts d’acheminement et aux coûts de production" ainsi que les produits "importés de pays ne respectant pas les choix internationaux". D'un autre côté, certains proposent de supprimer la TVA sur les produits certifiés bio. Un contributeur a demandé la création d’une Banque Européenne du Climat qui "aurait pour mission de fournir à tous les États membres des financements à taux zéro". Un autre propose de taxer le stockage de données numériques pour financer cette transition. 

Il est possible de proposer ses idées sur la plateforme "Le Grand Débat National" jusqu'au 15 mars. 

Écologie : le grand débat fera-t-il bouger les lignes ?

Choix