QUESTION DE LA SEMAINE

Comment limiter l’abstention aux élections ? Voici vos idées !

©Sergey Tinyakov/Shutterstock

Lors des élections européennes, seul un citoyen sur deux s’est déplacé aux urnes. ID a voulu connaître l’avis de ses lecteurs concernant les moyens à mettre en œuvre pour limiter cette abstention. 

 

Que faut-il faire selon vous pour faire reculer le taux d'abstention en France ?

Choix

50,1 % d’électeurs se sont rendus aux urnes dimanche 26 mai, soit à peine plus d’une personne sur deux. Il s’agit pourtant du taux de participation le plus élevé depuis les élections européennes de 1994 (52,71 %). Certains d’entre vous s’indignent de ce manque d’implication des citoyens dans la vie politique de leur pays et de l’Union européenne…

L’abstention, c’est dérouler le tapis aux partis pourris, dont les électeurs, eux, se déplacent tous."

Nos ancêtres se sont battus pour obtenir ce droit et aujourd’hui les gens se désintéressent. C’est désolant."

… Quand d’autres reconnaissent avoir perdu la foi en nos politiques.

Je préfère l’abstention au vote, c’est ma façon de ne pas cautionner ces chers politiciens."

Comment, dès lors, espérer redynamiser le lien entre les citoyens et la vie politique ? 

Une conscience citoyenne à stimuler

Nombre d’entre vous considère que les politiques se sont éloignés de notre réalité et ne comprennent plus les attentes de leurs concitoyens. Une autre critique revient fréquemment, pouvant expliquer cette méfiance : elle vise le manque de transparence des actions menées par les élus. Pour y remédier, vous proposez par exemple de : 

Suivre nos élus dans leur quotidien afin que nous puissions comprendre à quoi ils servent."

Créer un contrôle des promesses électorales."

Montrer les résultats des actions menées, davantage de transparence. "

Certains d’entre vous voient plus large et regrette l’évolution des rapports entre les électeurs et les élus. Vous considérez que les personnalités et les opinions personnelles prennent désormais trop de place : 

Peut-être faudrait-il voter pour des idées, des projets, plutôt que des personnalités et des opinions."

Les stratégies de communication pré-électorale réunissent également une grande partie de vos critiques. Il faudrait, selon vous...

Avoir de vrais reportages sur chaque parti et non un pseudo-débat télévisuel avec une seule partie des candidats."

Interdire les meetings et imposer un programme clair sur les tableaux de liste électorale ET SURTOUT INTERDIRE LES SONDAGES PRÉ-ÉLECTIONS.

Vous rappelez enfin qu’une frange entière de la société s’est tout simplement détachée de la vie politique. Il faudrait, pour espérer faire renaître cet intérêt et cette conscience citoyenne, mieux éduquer et mieux sensibiliser : 

C’est certain qu’il y a un travail à faire sur la communication. Je pense qu’il faut d’ailleurs en parler à l’école dès l’âge de 16 ans."

Expliquer en quoi consiste l’UE, à quoi servent ses institutions et l’impact que ces dernières ont sur la vie quotidienne des Français et des citoyens européens."

Romain Slitine, spécialiste des innovations citoyennes interrogé par ID, considère en effet que le fonctionnement des institutions européennes est "d'une incroyable complexité", et que les électeurs "ont du mal à voir le sens de leur vote". Cela n'encourage pas la participation. 

Une question de logistique ? 

Parmi nos lecteurs, vous êtes une grande partie à espérer une réforme du système électoral, qui serait un des premiers freins à la participation. Parmi les propositions revenant fréquemment, nous avons retenu :

L’instauration du vote obligatoire : 

Mettre le vote obligatoire comme en Belgique, et faire payer une amende à ceux qui ne votent pas."

Rendre le vote obligatoire sous peine d’amende. Comment peut-on ne pas voter puis après se plaindre de ce qu’il se passe ? C’est incompréhensible…"

Le vote obligatoire pousserait les abstentionnistes à s’intéresser à la politique de leur pays. Car certains ne vont pas voter, ne sachant pas ce qui leur conviendrait."

La reconnaissance du vote blanc :

Que le vote blanc soit comptabilisé et non considéré comme nul."

Obtenir une conséquence juridique au vote blanc (pas que sa comptabilisation)."

La possibilité de voter en ligne :

Simple : vote en ligne ! Trois de mes proches auraient voté si cela existait !"

Une simplification des démarches : 

Augmenter l’amplitude horaire des bureaux de vote, pouvoir voter dans n’importe quel bureau de vote, pouvoir voter sur internet…"

Dans le même état d'esprit, Romain Slitine remarque que "dans les pays où les élections européennes, nationales ou locales sont organisées en même temps, les électeurs se mobilisent davantage". Il considère toutefois que cette abstention ne peut être enrayée qu'en réformant le système de manière structurelle : "il faut inventer de nouvelles manières de faire fonctionner notre démocratie".

Cela fait quelques années que de nombreux citoyens contestent le fonctionnement d'une démocratie qui se limite à des élections et à un système représentatif. C'est en réalité une réduction du concept de démocratie qui a très peu évolué depuis plus de 200 ans." Romain Slitine.

De plus en plus de citoyens demandent en effet davantage de démocratie directe et de responsabilités :

Peut-être qu’il faudrait donner de vraies responsabilités aux citoyens plutôt que de leur proposer un programme tout cuit."