Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Vêtements : comment repérer le greenwashing ?

L'écologie est devenue un argument de vente pour plusieurs marques.
©B.Forenius/Shutterstock

L’argument de l’écoresponsabilité a envahit les rayons des magasins d''habillement. Polyester, labels créés sur mesure, production à l’étranger : plusieurs indicateurs peuvent prouver qu’une marque pratique du greenwashing.

Acheter responsable est de plus en plus intégré dans les habitudes des Français. Les marques de prêt-à-porter l’ont bien compris en proposant de nouveaux produits plus respectueux de l’environnement. Mais certaines se revendiquent à tort écoresponsables et utilisent l’écologie comme un argument commercial. ID vous aide à repérer une marque qui adopte le greenwashing.

Vérifier les composants

L’Agence de la transition écologique (ADEME) alerte depuis quelques années les consommateurs des pratiques de greenwashing chez certaines enseignes. Elle propose un guide détaillé sur les habitudes à avoir pour acheter un produit qui se veut écoresponsable.

Parmi les choses à vérifier se trouvent les composants utilisés dans la fabrication. De plus en plus de marques mettent en avant leur recyclage comme la meilleure solution environnementale. Pourtant, même re-utilisés, certains composants peuvent s’avérer polluants. C’est le cas du polyester qu’on retrouve dans la majorité des vêtements. Chaque année, plus de 3 millions de tonnes de ce composant sont utilisées pour nos nouveaux habits selon l’Agence de la transition écologique (ADEME). 

Impossible pour une marque de faire la publicité d’un t-shirt ou d’une chaussure 100% verte. Le recyclage mobilise obligatoirement des étapes polluantes comme une utilisation en grande quantité d’eau ou le transport et la transformation de matières premières.

Une communication confuse ou des informations manquantes sur la provenance du produit devraient vous mettre la puce à l’oreille.

Surveiller la provenance

Il ne suffit pas de regarder les composants d’un produit pour juger son écoresponsabilité. Si l’on veut acheter plus vert, il est nécessaire de prêter attention au pays importateur. Un t-shirt ou un pantalon issus de pays de la fast-fashion comme le Bangladesh ou le Pakistan peuvent difficilement se revendiquer vert du fait du manque de traçabilité des matières.

Des labels sur mesure ?

Pour légitimer leurs produits, certaines marquent n’hésitent pas à créer leur propre label d’écoresponsabilité. C’est le cas du Better Cotton Initiative créé par le WWF. Facile à obtenir, ce label non-officiel ne signifie pas que votre vêtement est en coton biologique. Mieux vaut donc se fier aux labels contrôlés comme l’Écolabel Européen, le Global Organic textile Standard ou Ecocert Textile.

Une cohérence de marque

Acheter des produits écoresponsables c’est bien, mais il faut également jeter un coup d’œil aux entreprises qui commercialisent les produits.

Des marques comme Adidas et New Balance par exemple, proposent désormais des chaussures vendues comme étant recyclées. Mais cette gamme verte ne représente qu’une maigre partie de leur production totale. Il est important de garder en tête que ces marques de fast-fashion génèrent des émissions carbones conséquentes avec la majorité de leurs vêtements.

S’interroger sur le coût du produit

Qui dit produit recyclé ou matière responsable dit coût de production plus élevé. Un prix bas peut être indicateur qu’un produit est issu de la fast-fashion. Utiliser des composants écoresponsables et une production locale augmentent les coûts de production d’un vêtement.

Composant d’un cosmétique

Il n’y a pas que le prêt-à-porter qui est concerné par le greenwashing. De nombreuses marques de cosmétiques revendiquent l’utilisation des composants plus respectueux de l’environnement sans réellement appliquer cet argument. Des bouteilles de shampoings ou emballages de maquillage jouent sur la couleur verte et l’utilisation de composants naturels pour vous faire acheter en toute conscience écologique. Plusieurs labels officiels existent pour se repérer comme le Cosmos Organic, le Natrue ou le Demeter.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 
 
Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi
 
Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.
 

 
 
#TousActeurs