Conso

Vers la disparition des contenants en plastique dans la restauration collective

L'Agence Régionale de Santé de la Région Nouvelle-Aquitaine recommande notamment l'utilisation de vaisselle en verre, en inox ou en porcelaine.
©Africa Studio/Shutterstock

Les députés ont adopté mercredi 28 mars un amendement qui vise à mettre fin "à l’utilisation de contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service, en matière plastique, dans le cadre des services de restauration collective".

Dans le cadre de l'examen du projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire, qui a débuté le 27 mars, les députés ont adopté mercredi 28 mars un amendement visant à "mettre fin à l’utilisation de contenants alimentaires de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique, au profit de l’utilisation de matériaux inertes et durables au plus tard le 1er janvier 2022", rapporte le site Actu-Environnement. Une première proposition, formulée la veille par des députés de la France Insoumise et qui prévoyait l'interdiction de ce type de contenants au plus tard le 1er janvier 2019, avait été rejetée. 

Dans le détail, les auteurs du nouvel amendement rappellent les risques liés à l'utilisation de matières plastiques, pouvant contenir "des substances reconnues comme des perturbateurs endocriniens", dont la migration dans l'alimentation "est favorisée par la chaleur, les aliments gras ou acides" et aggravée en cas d'usure des plastiques. Un nouvel article aurait pour objectif, poursuivent-ils "de se prémunir contre ces éventuels risques sanitaires et d’introduire un principe de précaution dans le secteur de la restauration collective", alors qu'une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES)  démontrait, en 2015, que, "même à froid, le risque de contamination du contenu alimentaire par le contenant plastique existe et que la migration s’accroît lors du réchauffement du contenant".

Des mesures déjà en place dans certaines collectivités

Un principe de précaution déjà adopté par certains services de l'Etat comme l’Agence Régionale de Santé de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui "recommande de privilégier pour la cuisson, la remise en température et le service, la vaisselle en verre, en inox ou porcelaine (de grade contact alimentaire) qui sont des matériaux simples non identifiés comme sujets aux migrations moléculaires", ou dans des villes comme Strasbourg, les Sables-d’Olonne, Montrouge ou encore Montpellier, qui "se sont également engagées en faveur de la suppression de l’utilisation de barquettes en plastique dans le cadre des services de restauration scolaire".

Dernièrement, les cantines de six communes du nord de l'agglomération bordelaise ont annoncé leur intention d'abandonner les contenants en plastique dans la restauration collective, au profit de barquettes "100 % en fibre végétale", entièrement compostables.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.