ID de saison

Minéraux et oligo-éléments : tout est dans le radis

La cheffe Chloé Lardier de la cantine Gloria Mea Fides vous propose sa recette de tartare de radis aux algues.
©Chloé Lardier

Si vous n’avez plus un radis, il va falloir y remédier pour réaliser la recette de saison que vous propose cette semaine ID et qui est signée Chloé Lardier, cheffe engagée dans la démarche "Bon pour le climat".

Le radis est bien pourvu en minéraux et en oligo-éléments : du phosphore, du magnésium, du fer, du cuivre, du zinc, du potassium, du calcium… Il a également l’avantage d’être une bonne source de vitamine C et de vitamines du groupe B, et d’être peu calorique. Il en existe plusieurs variétés, la plus populaire étant le petit radis rose – citons également le radis noir et le radis japonais. Les radis roses contribuent au bon fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire. Ils sont croquants et leur goût est légèrement relevé.

Sa saison

Le radis de saison se consomme de mars (en primeur) à juin.

Son histoire

Le radis est un des premiers légumes à avoir été cultivé par l’homme –  mais pas sous sa forme actuelle – et son nom vient du latin "radix", qui signifie "racine". Il fait partie de la famille des brassicacées. On estime qu’il est originaire d’Asie Mineure. Durant l’Antiquité, on pensait notamment qu’il pouvait calmer la toux. C’est seulement au XVIe siècle que le radis noir est apparu en France, tandis que le petit radis rose a fait son apparition au XVIIIe siècle. Il est aujourd’hui produit en France essentiellement dans les régions Pays de la Loire, Rhône-Alpes et Centre. L’Hexagone en est le 2e pays européen producteur après l’Allemagne.

Son mode de consommation

On apprécie généralement le radis cru avec un peu de sel, de beurre ou de poivre noir, mais ce n’est évidemment pas son seul mode de consommation. On peut le manger cuit, quelques minutes à la vapeur (pas plus) ou coupé en rondelles, à la poêle. On peut même en faire des smoothies ! Pour les radis roses, on coupe les fanes, on rince et on supprime les radicelles.

Son poids carbone

Le poids carbone de cette recette est quant à lui d’un peu plus de 738 g/CO2/ couvert, un impact environnemental très correct. A l’instar des légumes, le radis de saison, cultivé en France, a un faible poids carbone de moins de 600 gr de CO2 pour un kilo de produit. Mais attention, consommé hors saison et en provenance d’Asie, son poids carbone est multiplié par 15. 

Pour éviter le gaspillage

On évite de jeter les fanes et on en fait une soupe. Attention aussi à ne pas garder plus de quatre jours au frais les radis, au risque de les voir se ramollir.

A noter que la recette à suivre comprend également des algues, "légumes aquatiques" riches en antioxydants, en fibres et en phytostérols ; des noix de cajou, riches en magnésium, en cuivre et en phosphore ; et de l’avocat, pourvu d’antioxydants et riche en fibres.

La recette de la cheffe engagée dans le végétal : Chloé Lardier

©Gaël Nicolet/ID

Source : lesfruitsetlegumesfrais.com