Edito

Faut-il abolir les soldes?

©oneinchpunch/Shutterstock

Les soldes ont repris depuis quelques jours. L’occasion de s’interroger sur ses habitudes de consommation et ce modèle de la fast-fashion qui pousse à la surconsommation.

Faut-il abolir les soldes ? Voilà la question qui sera posée ce soir au Tribunal pour les générations futures lors du festival Zero Waste organisé par l’association Zero Waste France. L’objectif de ce format original de conférence-spectacle est d’interroger le public sur les grandes révolutions en cours et le monde que nous préparons pour demain. L’accusé ici : les prix au rabais et les promotions, accusés d’encourager à la surconsommation et de dissimuler leur véritable impact social et environnemental.

La question est vraiment d’actualité, les soldes d’été ayant démarré ce mercredi. Prix réduits en pagaille font de l’œil aux passants devant presque chaque vitrine. Difficile de résister tant ces incitations à l’achat sont omniprésentes. Difficile de résister même lorsqu’on n’a pas vraiment besoin de cette énième robe à fleurs ou de ces nouveaux escarpins un tout petit peu serrés qu’on ne portera probablement qu’à une ou deux occasions. Mais vu leur prix, ça valait le coup non ?

Quel impact sur l'environnement ?

Avant d’acheter, lorsque les prix sont bas, on se pose peut-être un peu moins la question de l’impact de nos achats sur l’environnement. C’est bien dommage quand on sait que le secteur de la mode est à l’origine de l’émission de 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année : plus que les vols internationaux et le trafic maritime réunis.

Et si – même pendant les soldes – on tentait de rester écoresponsable en commençant par n’acheter que ce dont on a vraiment besoin ? Puis en privilégiant des marques responsables et éthiques, qui proposent des produits made in France, n’utilisent que des matières bio, naturelles ou recyclées ? Autre solution : opter pour des moyens de consommation alternatifs : l’occasion, la location, le troc, voir le "Do it yourself" ?

A une échelle plus globale, faut-il – comme en discutera le Tribunal pour les générations futures - aller plus loin alors, et abolir les soldes ? Peut-être, mais est-ce que cela suffirait à réduire la surconsommation ? N’est-ce pas le modèle lui-même de certaines grandes enseignes de vêtements, celui de la fast-fashion, où les collections sont renouvelées en permanence et où les prix sont cassés – en raison d’une main d’œuvre peu chère et lointaine - qui est complètement à revoir ?