Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

INFO PARTENAIRE

Anti-gaspi : des clés pour mieux entretenir ses objets

©Shavel/Shutterstock

Alors que les dépenses des ménages pour l’entretien-réparation sont en diminution, l'ADEME livre, dans une nouvelle étude, plusieurs conseils pour bien entretenir ses appareils domestiques afin de lutter contre leur renouvellement trop rapide qui épuise les ressources de la planète. 

Tv, ordinateur, lave-linge, aspirateur...ces produits ne cessent de s’accumuler dans les foyers des Français. En 2021, ils ont acheté 73,9 millions de nouveaux appareils, et ont dépensé au total 9,9 milliards d’euros. Un record dû aux “différents confinements et à la généralisation du télétravail dans certains secteurs”, indique l’ADEME. Mais d’autres facteurs peuvent expliquer cette frénésie d’achat.  

Dans une étude intitulée “comment améliorer l’utilisation et l’entretien des équipements domestiques”, l’agence révèle que l’entretien des équipements est très souvent sous-estimé par les ménages. Cette pratique permettrait pourtant de repousser l’achat d’un nouvel objet, mais aussi de prévenir les pannes et d’éviter les surcoûts liés à un mauvais fonctionnement. Pour en savoir plus, ID a interrogé Anne-Charlotte Bonjean, ingénieur réparabilité à l’ADEME.  

Pourquoi faut-il accorder du temps à l’entretien de ses objets ? 

La bonne utilisation et le bon entretien de ses produits jouent un rôle non négligeable dans l’allongement de la durée de vie des produits. Cela permet également de réduire ses déchets. Plus on utilise un produit longtemps, moins on va le remplacer et moins on utilise de ressources. Prolonger la durée d’usage d’un an de ses équipements (TV, ordinateur portable, smartphone, imprimante, lave-linge, sèche-linge, réfrigérateur, lave-vaisselle, four, aspirateur et micro-onde) permet par exemple d’éviter 184kg Eq CO2 équivalent à 1000 km en voiture.  

Que signifie "une bonne utilisation et un bon entretien" de ses produits ? 

Il s’agit de respecter les consignes d’usage et d’utilisation qui sont données par le fabricant du produit. Dans la majorité des cas, celles-ci ne sont pas lues par les consommateurs. Or cette documentation, fournie avec les notices d’achat, représente une source d’information fiable, contrairement à certaines informations que l’on peut trouver sur Internet. A travers notre étude, nous nous sommes rendu compte que les consommateurs préféraient lire les sites référencés par les moteurs de recherche plutôt que les notices d’utilisation. Mais ces sources ne recèlent pas toujours de bonnes consignes. C’est pour cette raison que nous avons lancé une nouvelle rubrique sur notre site longuevieauxobjets.gouv.fr. Celle-ci délivre les bons gestes à appliquer sur recommandation des fabricants, selon les types de produits. Cela va des aspirateurs, en passant par les centrales vapeur, ou les chaussures de randonnée. 

En 2019, une part de moins en moins importante est consacrée par les ménages à la réparation contrairement à celle de l’achat de produits neufs (107€ par habitant consacrés à la réparation vs 1296€ pour l’achat de biens neufs). Comment expliquez-vous cette tendance ?  

La diminution du nombre de réparation est liée aux facilités d’accès du marché. Certains types de produits sont aujourd’hui vendus à des tarifs peu élevés. Les bouilloires, qui ont le plus faible taux de réparation, sont par exemple accessibles à partir de 15 euros. Face à ces tarifs attractifs, le consommateur préfèrera se tourner vers l’achat d’un produit neuf plutôt que vers la réparation. 

Or, il est possible d’éviter cette option grâce à un bon entretien de ses équipements. Dans l’étude, on note que la moitié des produits tombant en panne le sont en raison d’un manque d’entretien.  

L’étude révèle que les consommateurs négligent cette pratique notamment par manque de temps. Quelles mesures ont été prises par les fabricants pour simplifier l’entretien des produits ? 

Les notices d’utilisation ont été complété par un paragraphe "entretien”. Des mesures ont également été prises au niveau de la conception des produits. Certains fabricants intègrent par exemple des voyants lumineux, que l’on peut retrouver sur les lave-linges, les aspirateurs ou encore les machines à café. Ce type de systèmes n'est toutefois pas applicable sur tous les produits. 

Depuis janvier 2021, les produits électroniques et électroménagers sont aussi dotés d’un indice de réparabilité pour sensibiliser les consommateurs. Quelle est sa fonction ? 

L’indice de réparabilité permet d’informer le consommateur sur la capacité de réparation quelle est la capacité de réparation de l’objet. On va retrouver des informations sur la durée de disponibilité de la documentation, la démontabilité de l’équipement ou encore les prix des pièces détachées. Ce dispositif est complémentaire à l’entretien qui va impacter la durée de vie du produit indépendamment des pannes. 

En partenariat avec l'ADEME.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.