Les tondeuses thermiques représentent 5 % de la pollution de l’air des États-Unis.
©counselling/Pixabay
Biodiversité

No Mow May : pourquoi faut-il arrêter de tondre sa pelouse au mois de mai ?

Article réservé aux abonnés

Lancé par l'ONG britannique Plantlife, le mouvement "No Mow May" incite les particuliers à ne pas tondre leur gazon pendant le mois de mai. Une manière de protéger les insectes pollinisateurs en voie de disparition.

Quand la végétation fleurit à nouveau au printemps, passer la tondeuse est un réflexe à abolir, préconise Plantlife. Cette association britannique, qui œuvre en faveur "d’un monde riche en plantes et champignons sauvages", est à l'origine de No Mow May. 

Protéger la biodiversité

Lancé en 2019, ce mouvement encourage les particuliers à laisser leur gazon en friche afin de préserver la faune et la flore. Et pour cause, puisqu’en mai, le nectar des fleurs sauvages (trèfles, violettes, pâquerettes...) permet aux pollinisateurs, aujourd'hui en voie d'extinction, de se nourrir et se reproduire. Un processus crucial à l’heure où, selon un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l’agriculture (FAO), la population d'insectes pollinisateurs, tels que les abeilles, a diminué de 20 % dans le monde entier au cours des deux dernières décennies.

Si l'initiative du No Mow May reste relativement méconnue en France, elle a déjà fait bien des adeptes en Angleterre. En 2021, environ 1 700 propriétaires de jardins ont affirmé à Plantlife ne pas avoir tondu leur pelouse au mois de mai. Un comportement responsable qui a permis à nombre de plantes d’émerger dans ces parcelles, à l’instar de l’ail des ours, ou de l’œillet d’Inde. 

Et après le mois de mai ?

Si le No Mow May constitue donc un bon point de départ, cette initiative a plus largement pour objectif d’amorcer un comportement responsable sur le long terme. Ainsi, Plantlife suggère de passer au Low Mow Spring, qui vise à ralentir la cadence tout au long du printemps, en ne passant la tondeuse qu’une fois par mois. Car, selon l'entomologiste Nicolas Moulin, si les plantes ornementales actuellement proposées par les paysagistes sont "jolies", elles ne possèdent que "rarement du nectar ou du pollen pour les insectes pollinisateurs".

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !  

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #12 : "Ecologie : gagner plus, dépenser moins”. 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour associer économies avec écologie ! 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs 

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.

* Offre sans engagement valable pour toute nouvelle souscription d’un abonnement à l’Infodurable. Au-delà du 1er mois, à défaut de résiliation, reconduction tacite de l'abonnement à 6,90€ par mois. Le client peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement. Cette résiliation prendra effet le dernier jour de la période d'abonnement en cours.
Pour toute question, vous pouvez contacter notre service client par mail contact@linfodurable.fr.