Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Techno/Médias

Urgence climatique : des étudiants interpellent les influenceurs

Dans une lettre ouverte, des étudiants de l'Université Paris-Dauphine appellent les influenceurs et influenceuses à agir pour l'environnement.
©happydancing/Shutterstock

Des étudiants de l'université Paris-Dauphine épinglent les influenceurs qui multiplient les voyages à l'autre bout du monde et proposent des codes promotion pour faire gagner des produits néfastes pour l'environnement. Dans une lettre ouverte, ils leur demandent de mettre fin à ce type de pratique et d'utiliser leur capacité d'influence pour sauver la planète.

"Aidez-nous à promouvoir des modes de vie responsables". Dans une lettre ouverte, adressée le 3 mai aux influenceurs et influenceuses, des étudiants du master de développement durable de l’université Paris-Dauphine, à Paris, ont appelé les personnalités des réseaux sociaux à agir pour le climat. 

Tout est parti d’une idée d'Estelle Hensgen, une étudiante en master d’affaires internationales et développement durable qui en avait assez de voir défiler des publications faisant l’apologie d’un mode de vie polluant sur ses réseaux sociaux. Avec d’autres élèves de sa promotion, elle a donc décidé de passer à l’action et de contacter des producteurs de contenus par message privé. Mais après plusieurs tentatives infructueuses, le choix d’une lettre ouverte s’est avéré plus prometteur.

Des pratiques marketing contestées

"Une lettre ouverte peut avoir un plus grand impact en étant relayée sous les publications des personnes concernées", explique l'étudiante de 21 ans. Publiée sur son compte Instagram et LinkedIn, la lettre rencontre un grand succès avec plusieurs milliers de likes et des centaines de commentaires taguant les influenceurs en question. Aucun de ceux mentionnés n’a toutefois encore répondu, atteste Estelle Hensgen qui cherche à dénoncer les stratégies marketing utilisées par les nouvelles célébrités du web.

Parmi ces techniques, il y a par exemple le "fashion hauling", ou déballage de vêtements envoyés le plus souvent par des marques aux producteurs de contenus afin qu’ils en fassent la promotion auprès de leurs abonnés. Certaines de ces collaborations s’avèrent parfois très lucratives. Une enquête, réalisée par FranceInfo en 2021, révélait que le marché de l'influence pouvait représenter jusqu’à 15 milliards d’euros et que 4% des influenceurs en vivaient très confortablement. 

Un potentiel d'action en faveur de l'écologie

Au-delà des partenariats, les étudiants fustigent également l'impact néfaste des voyages réalisées à l'autre bout du monde. "Un aller-retour Paris-Los Angeles émet au minimum 3,28t eqCO2. Félicitations, vous avez déjà explosé votre budget annuel !" ironise t-ils dans leur lettre.

"Les influenceurs devraient utiliser leur audience pour faire passer un message à travers leurs contenus, en refusant de s'associer avec certaines marques ou en proposant des partenariats avec des entreprises responsables", suggère Estelle Hensgen.

Sur les réseaux sociaux, certains producteurs de contenus tirent leur épingle du jeu, à l’image de Swann Périssé, du journaliste Hugo Clément ou de la militante Camille Etienne. Les étudiants demandent aux influenceurs de suivre leur exemple. "Certains de vos collègues ont déjà passé le cap, maintenant à votre tour," insistent ils. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

 


 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.