Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Techno/Médias

Gironde : un dirigeable alternatif pour charges lourdes décollera en 2024

La société Flying Whales lancera sa production en 2021 pour un décollage prévu pour 2024.
©Flying Whales

La société Flying Whales et la région Nouvelle-Aquitaine, actionnaire du projet, ont annoncé lundi 20 juillet, la production des dirigeables rigides et non polluants de transport de charges lourdes à Laruscade (Gironde). 

Dans quatre ans, la plus grande machine volante du monde volera au dessus de la Gironde. L'entreprise Flying Whales ("Baleines Volantes"), se lance dans la fabrication d'un dirigeable alternatif et non polluant. La société prévoit à terme de créer 2 à 300 emplois qualifiés, et doit construire à Laruscade deux immenses hangars où seront produits le LCA60T, un dirigeable rigide de 150 m de long et d'une capacité de transport de 60 tonnes. 

Ce projet lancé en partenariat avec la région Nouvelle-Aquitaine, ADP, Bouygues, Air Liquide et la Bpifrance, a pour ambition de devenir "l'étendard" d'un parc économique de 160 hectares qu'entend développer la Communauté de communes Latitude Nord-Gironde (12 communes, 20.000 habitants), a expliqué son président Eric Happert.

Ainsi, la première de ces machines volantes sera destinée à l'Office national des forêts (ONF), actionnaire de la société, pour le débardage de bois dans les zones forestières difficiles d'accès.

Le premier vol est prévu pour 2024

Le président de Flying Whales Sébastien Bougon a mis en avant le côté "fondamentalement" vert de l'engin, dont la portance sera assurée à l'hélium. Il s'agit d'un "projet de rupture", notamment au plan environnemental, a souligné le président (PS) de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset. C'est la "première fois que la région investira 10 millions d'euros dans le capital d'une société". 

"On va consommer 50 fois moins d'énergie pour se déplacer qu'un avion ou hélicoptère, rapporté au même tonnage transporté", a expliqué le président de Flying Whales Sébastien Bougon. Il a ajouté que "la machine va charger et décharger en vol stationnaire, au-dessus d'un port ou d'une forêt, par une porte ventrale. Il n'y aura aucune empreinte au sol". Ce qui signifie qu'il n'y aura aucun recours à l'artificialisation des sols pour l'accueillir.

La construction de l'usine doit débuter en 2021 et l'ingénierie du projet doit être bouclée d'ici 24 à 36 mois. Le premier dirigeable sera prêt en 2023 pour 18 mois d'essais, avec un premier vol d'ici début 2024, la certification opérationnelle de l'engin devant intervenir pour 2025. Par ailleurs, cette usine servira de modèle à celles qui seront ensuite implantées au Canada, dans la province du Québec et en Chine.

Avec AFP

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.