Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID EN RÉGIONS

Boulogne-sur-Mer : un filet biosourcé et compostable en phase de test

Lancement de l'expérimentation de filets biosourcés et biodégradables.
©Line Viera /Office français de la biodiversité

Un filet de pêche conçu à partir de fibres naturelles a été mis au point par le Parc naturel marin des estuaires picards et mer d’Opale et l'Office français de la biodiversité. Cet équipement est actuellement testé par un pêcheur qui s’est porté volontaire à Boulogne-sur-Mer. 

Une première en Europe ! Le Parc naturel marin des estuaires picards et mer d’Opale, en partenariat avec l’organisation de producteurs FROM Nord ont lancé les phases de test d’un filet de pêche biosourcé et compostable en Boulogne-sur-Mer dans les Hauts-de-France. Cette innovation écologique vise à rendre la pêche plus responsable en luttant contre les déchets plastiques engendrés par les filets de pêche classiques. "Les pêcheurs renouvellent chaque année leurs filets et d’autres les perdent pendant leur saison de pêche. Nous estimons en moyenne qu’un pêcheur utilise sept tonnes de filets en nylon par an, ce qui constitue des déchets considérables surtout qu’ils ne sont pas vraiment recyclés", explique Frédéric Fasquel, directeur délégué du Parc naturel marin des estuaires picards.

Outre les microplastiques, un filet de pêche perdu dans la mer présente un danger pour l’écosystème marin. Caractérisée par une longue durée de vie et une forte résistance, le filet de pêche conçu en nylon devient un piège pour les espèces marines, qui sont prises dans la pêche fantôme. Pour une meilleure gestion des déchets issus de l’activité de pêche, ce prototype mis au point par le Parc naturel marin permettra aux pêcheurs d’utiliser un filet capable de disparaître dans l’océan sans engendrer de nouveaux déchets plastiques.

De ce constat, nous avons eu l’idée de mettre au point un filet biodégradable qui disparaît en une dizaine d’années contre une centaine d’années pour un filet classique. L’avantage serait d’avoir des filets qui se décomposent rapidement en particules naturelles et qui sont assimilées par les organismes vivants sans les impacter. - Frédéric Fasquel 

Éveiller la conscience écologique des pêcheurs et des consommateurs

L’essai de ce prototype a démarré en juillet 2020. Pour l’instant, les filets en nylon sont équipés de 10 % du filet prototype biodégradable, ce qui équivaut à 900 mètres. Le patron pêcheur du NEREIDES II, Jérémy Devogel, s’est porté volontaire pour l’expérimenter à bord de ses navires. Il sera ainsi testé pendant toute la saison de pêche dans des conditions réelles afin de vérifier son efficacité. "Mes premières impressions sur la manutention, c'est que ce filet est plutôt semblable aux filets conventionnels, un peu plus fragile, le fil est un peu plus gros, sa résistance un peu moindre, mais c'est raisonnable", commente-t-il dans les colonnes de France3 régions.

Dès lors, suivra l’expérimentation avec des filets de 3000 mètres pour la saison de pêche de 2021. Les prochains tests seront effectués sur quatre navires de pêche à Boulogne-sur-Mer et au Tréport. "Pendant les deux prochaines années, nous allons étendre la phase de test à différents ports français pour bien démontrer l’efficacité de ces nouveaux filets aux pêcheurs. Pour cela, il faut les tester dans différents ports en tenant compte des différentes techniques de pêche qui sont propres à chaque port et à chaque environnement maritime", précise Frédéric Fasquel, interrogé par ID.

Dominique Godefroy, président du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale, découvre le filet avec Jérémy Devogel - patron du Néréides II - et Marie-Christine Gruselle, chargée de mission pêche professionnelle et récréative au Parc naturel marin.
©Line Viera /Office français de la biodiversité

Une fois que la phase globale des tests sera achevée, le parc naturel marin, en partenariat avec l’Office français de la biodiversité, a l’ambition de créer une nouvelle filière spécialisée dans les filets compostables afin de les rendre accessibles à moindre coût pour les pêcheurs. Les partenaires ont également pour optique d’éveiller la conscience des consommateurs vis-à-vis d'une pêche plus responsable. Pour atteindre cet objectif, ils comptent sur la création d'un label certifiant les équipements de pêche durables comme ce filet biosourcé.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, pré-commandez notre guide « La transition écologique Made in France » à tarif préférentiel jusqu’au 27 octobre sur Ulule.

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et pré-commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.