Le chiffre

Une femme sur trois a déjà été victime de harcèlement sexuel au travail

En France, une femme sur trois a déjà été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail, selon une étude de l'Ifop.
©stockfour/Shutterstock

Une étude menée par l'Ifop lève le voile sur les formes de harcèlement sexuel subies par les femmes dans le monde de l'entreprise.

Les "formes de sexisme et de violences faites aux femmes ne s'arrêtent pas aux portes des entreprises". Tel est le rappel formulé par une étude de l'Ifop pour le site VieHealthy.com publiée aujourd'hui, qui révèle qu'en France, 32 % des femmes déclarent avoir déjà été confrontées à au moins une situation de harcèlement sexuel au travail, soit une hausse de 12 % par rapport à 2014.

Dans le détail, l'étude montre que les formes verbales ou visuelles de harcèlement sont les atteintes les plus répandues, qu'il s'agisse de sifflements ou de gestes grossiers (34 % des femmes affirment en avoir été victimes au moins une fois), de remarques déplacées sur le silhouette ou la tenue (27 %), ou de pressions psychologiques visant par exemple à obtenir un rapport sexuel en échange d'une embauche ou d'une promotion (8 %). Sur le plan du harcèlement physique, 24 % d'entre elles déclarent avoir déjà subi des "contacts physiques légers", tandis que 13 % se seraient vu "imposer des contacts sur une zone génitale ou érogène".

L'étude révèle en outre que certains profils sont plus exposés à ce type de comportements. Ainsi, les femmes seules (35 %), "sans doute perçues comme plus disponibles" subissent davantage de harcèlement à caractère sexuel que les femmes en couple (31 %). Sur la catégorie socio-professionnelle, les cadres et professions intellectuelles (40 %) sont quasiment deux fois plus nombreuses que les ouvrières (23 %) à en être victimes. Enfin, les femmes bisexuelles et lesbiennes (60 %) sont bien plus nombreuses à déclarer s'être fait harceler sur leur lieu de travail que les hétérosexuelles (34 %).

Version détaillée de l'enquête disponible ici.