Sondage

La « grossophobie », nouvelle discrimination

©OlegPandaBoev/Shutterstock

La première journée de lutte contre la « grossophobie » se tenait à Paris, vendredi 15 décembre 2017.

Ce vendredi 15 décembre, dans le cadre de la semaine parisienne de lutte contre les discriminations, la mairie de Paris a organisé la première journée de lutte contre la « grossophobie ». La « grossophobie » ou « fat shaming » est une forme de rejet qui vise les personnes en surpoids ou obèses. Leur apparence physique étant parfois associée à des stéréotypes de passivité ou de manque de volonté, expliquent certains sociologues.

Selon le baromètre du Défenseur des droits et de l’Organisation internationale du travail sur la perception des discriminations dans l’emploi publié en 2016, 20 % des personnes en situation d’obésité interrogées estimaient avoir été discriminées à l’embauche en raison de leur apparence physique. Et près d’un Français sur trois estimait qu’il est normal de refuser un emploi, dans certaines situations, à une personne en raison de son poids. Le critère de l’apparence physique figure pourtant parmi les motifs de discrimination interdits par la loi.

Au programme de cette journée de lutte contre la « grossophobie » : plusieurs tables rondes pour expliquer ce dont il s’agit et quels sont ses impacts sur les personnes concernées. L’objectif : sensibiliser et trouver des moyens d’action pour lutter contre cette forme de discrimination.

Selon vous, est-il utile de mettre en place une journée de lutte contre la « grossophobie » ?

Choix