ID EN RÉGIONS

Occitanie : fini Deliveroo et Uber Eats, place aux "coursiers montpelliérains" !

©blurAZ/Shutterstock

Quelques Montpelliérains ont lancé une coopérative rassemblant des coursiers à vélo, souhaitant se détacher des start-ups de livraisons internationales. Ils proposent une alternative sociale et éthique pour les restaurateurs et les clients. 

Cinq livreurs montpelliérains sont à l’origine du projet. Leur point commun ? Vouloir échapper aux conditions de travail précaires que leur offraient des employeurs comme Deliveroo ou Uber Eats. Dans les villes moyennes comme Montpellier, leurs rémunérations avoisinent difficilement les 10 euros de l’heure, obligeant ceux qui souhaitent en vivre à beaucoup trop travailler. D’après les témoignages de ces coursiers, leur ancien employeur prélevait jusqu’à 30 % de la commande, tout en diminuant chaque année leur rémunération. 

On voulait offrir une alternative un peu plus humaine, plus sociale aux gens qui commandent régulièrement" explique Paul Ferreira, un des associés. 

Les cinq coursiers ont ainsi lancé l’application "Les coursiers montpelliérains" le 1er mai. Investissement de base ? Simplement 1000 euros ! Ils proposent de livrer des repas pour le déjeuner et le dîner jusqu’à 23 heures. Contrairement aux autres entreprises de livraison, celle-ci s’inscrit dans une démarche écologique car tous les déplacements sont effectués à vélo. 

Les coursiers montpelliérains comptent actuellement 15 restaurants partenaires et enregistrent une cinquantaine de commandes chaque semaine. La coopérative est actuellement en négociation pour établir un partenariat avec Biocoop, afin de livrer des produits frais et bios. 

Voici le reportage réalisé par France 3 :