ID d'ailleurs

Etats-Unis : une photographe met à l'honneur des survivants des armes à feu

L'ouvrage SHOT regroupe les 101 portraits photos des survivants. Des hommes et des femmes, de tous les âges, avec un point commun : celui d'avoir survécu à des tirs d'armes à feu. Dans 45 villes américaines, ils ont posé sous l'objectif de Kathy Shorr, à l'endroit même où ils se sont fait tirer dessus.
©SHOT/édition PowerHouse
Chris s'est fait tirer dessus à quatre reprises, alors qu'il était assis dans sa voiture. New Castle, Delaware, 2015
©Kathy Shorr
Marlys s'est faite tirer dessus par son mari à l'âge de 41 ans. Canoga Park, Californie, 1999
©Kathy Shorr
Tanya, huit ans, s'est faite tirer dessus à l'école par un camarade de classe. Il a trouvé l'arme chez lui et l'a ramenée à l'école. Augusta, Georgie, 2015.
©Kathy Shorr
Greg, sergent de police, a reçu une balle au visage lors d'une intervention pour un traffic de drogue. Augusta, Georgie, 2004
©Kathy Shorr
Scott a pris une balle dans l'abdomen, lors d'un vol à main armée dans un magasin de disques. Tacoma, Washington, 1972.
©Kathy Shorr
James s'est fait tirer dessus par un ex-militaire avec un fusil de chasse, lors d'une bruyante fête d'anniversaire. Il lui a tiré dans la jambe, puis sur son ami, tué d'une balle dans l'abdomen. Bozeman, Montana, 2013.
©Kathy Shorr
Janine, agent correctionnel, a reçu une balle dans le visage par son mari, quand elle lui a dit que leur mariage était terminé. Long Island, New York 2013.
©Kathy Shorr
Karina s'est faite tirer dessus à l'âge de 16 ans, alors qu'elle se tenait avec un groupe d'amis devant son lycée. Victime non-intentionnelle d'une fusillade de gang. Aurora, Colorado 2010.
©Kathy Shorr
Ryan a pris une balle dans la main, perdant un doigt et paralysant deux autres, alors qu'il était assis dans sa voiture, avec son ex-petite amie. Atlantic City, New Jersey, 2014.
©Kathy Shorr

Des survivants de tirs d'armes à feu ont posé pour l'objectif de Kathy Shorr. Avec son projet SHOT, cette photographe new-yorkaise a souhaité dénoncer la violence des armes aux Etats-Unis. 

Kathy Shorr a passé deux ans et demi à arpenter les Etats-unis de long en large. Entre 2013 et 2015, dans 45 villes américaines, elle a rencontré 101 « survivants », comme elle les appelle. Son projet SHOT a pour but de dénoncer la violence des armes à feu dans son pays. 

« Je voulais aborder le sujet de manière différente, montrer que cela affectait des êtres humains dans toute l'Amérique, de toutes les couches sociales, de toutes les couleurs et de tous les âges », explique Kathy Shorr. La photographe a mis un point d'honneur a représenter la diversité dans ce projet. Elle a fait poser des hommes et des femmes âgés de 8 à 80 ans, pour la plupart, à l'endroit même où ils se sont fait tirer dessus

On entend toujours parler de ceux qui sont morts", Kathy voulait parler de ceux qui y ont survécu. "J’ai pensé qu’il était important de les photographier pour entendre ce qu’ils avaient à dire".

SHOT n'est pas né au hasard. Le projet a mûri à partir d'une expérience personnelle, des années auparavant : « J’ai eu un pistolet pointé sur moi et ma fille. Je savais ce que c’était que de faire face à quelqu’un qui a le pouvoir de contrôler votre destin. C’était probablement la chose la plus effrayante qui me soit arrivée. Nous avons eu de la chance, mais l’impact émotionnel d’une telle expérience est un sentiment qui reste ancré en vous toute votre vie », explique Kathy.

Kathy Shorr a mené un travail de longue haleine pour mener à bien ce projet qui lui tenait à cœur. Auto-financée, elle a passé des heures et des heures à rechercher ses « survivants », partir à leur rencontre, les photographier et écouter leurs histoires. « J’ai d'abord contacté des avocats, des associations, des médecins, des policiers, j’ai fait des heures de recherches... Puis au fil de l'avancement du projet, les gens commençaient à venir à moi, ils souhaitaient participer à SHOT », se souvient-elle. 

Les dommages collatéraux de la libre circulation des armes

 Je voulais aussi avoir des propriétaires d’armes à feu. J’ai passé deux ans et parcouru 100 000 miles pour essayer de maintenir cette diversité."

La photographe new-yorkaise milite pour des conditions plus strictes de détention d'arme à feu. Mais, posséder un pistolet ne fait pas de vous un tireur fou. Kathy a voulu distinguer cet aspect, notamment en photographiant aussi des membres de la NRA (National Rifle Association). 

Aujourd'hui, elle continue à faire vivre son projet. Un livre, sorti en avril dernier, regroupe l'ensemble des portraits photos des survivants. Pour chacune de ses rencontres, Kathy leur a demandé d'écrire quelques mots sur un bout de papier. Chaque cliché est accompagné de l'histoire des modèles et de leurs citations.