Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Finance

Un groupe de grands investisseurs plaide pour une relance verte en Europe

©maxpro/Shutterstock

Dans une lettre publiée le 5 juin, un groupe de 109 investisseurs représentant plus de 11 000 milliards d'euros d'actifs appelle notamment les États membres de l'UE à mettre en place des politiques favorisant la transition vers une économie bas-carbone. 

Si le plan de relance prévu par l'Union européenne en réponse à la crise économique provoquée par l'épidémie de coronavirus doit en priorité permettre de soutenir les populations les plus vulnérables ou de freiner les perturbations économiques, il faudra également qu'il puisse servir à accompagner la transition bas-carbone du territoire, demande un groupe de 109 investisseurs représentant pus de 11 000 milliards d'euros d'actifs dans une lettre publiée vendredi 5 juin. 

"La pandémie de COVID-19 pousse l'Europe dans une crise économique, mais constitue aussi une occasion pour une relance verte et durable", écrit ainsi le groupe dans lequel figurent des gérants d'actifs comme BNPP AM, Schroders ou Amundi. "L'accélération de la transition bas-carbone peut représenter une source d'emplois et une croissance économique importantes", ajoutent-ils, appelant notamment les États membres à mettre en place des politiques de relance favorisant notamment la réorientation des flux financiers vers des actifs en ligne avec les objectifs climatiques. 

"Les investisseurs sont de plus en plus confrontés à des risques physiques et structurels liés au réchauffement rapide de la planète qui mettent en cause leur capacité à offrir des rendements de long terme à leurs bénéficiaires", explique encore la lettre, dans laquelle sont formulées plusieurs recommandations, parmi lesquelles l'inscription de l'ambition climatique de l'Europe pour 2050 dans la loi européenne sur le climat, la mise en place d'objectifs climatiques conformes aux objectifs du Green Deal et de l'accord de Paris pour les entreprises très émettrices bénéficiant de renflouements ou encore le maintien de la dynamique du "Green Deal".