Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Finance

ISR : le vieillissement de la population comme thématique d'investissement

©chronicler/Shutterstock

Alimentation, santé, logement, loisirs... La nécessité d'apporter des réponses tangibles aux besoins induits par la croissance rapide de la proportion de la population mondiale de seniors représente une source d'opportunités dans de nombreux secteurs, expliquent Vafa Ahmadi (CPR AM) et Meret Gaugler (Lombard Odier). 

Qui ? 

 

Vafa Ahmadi (V.A), Directeur de la gestion Actions Thématiques et membre du Comité de Direction de CPR AM

 

 

 

Meret Gaugler (M.G), Portfolio Manager de Lombard Odier Funds – Golden Age

 

 

 

Quel(s) fonds ? 

M.GLO Funds- Golden Age. Lombard Odier Investment Managers (LOIM) a été parmi les premiers gestionnaires d'actifs à lancer un fonds qui se concentre sur le thème puissant du vieillissement de la population (lancement en novembre 2009). Statistique parlante : le nombre de retraités dans les pays développés progresse aujourd’hui jusqu’à trois fois plus vite que le nombre de personnes plus jeunes. Mais les retraités d’aujourd’hui ne sont pas seulement nombreux : ils ont aussi un pouvoir d’achat considérable, ayant bénéficié de décennies de forte croissance économique et de performances historiquement élevées sur leurs placements financiers. Avec une équipe qui dispose des spécialisations primordiales surtout dans les secteurs de la santé, nous avons construit un univers propriétaire de près de 600 entreprises et bâti des relations privilégiées avec des leaders d'opinion dans le domaine de la démographie.

V.A : La gamme Silver Age est la stratégie emblématique de CPR AM sur le vieillissement de la population, dont on a fêté en décembre les 10 ans. Elle totalise aujourd’hui plus de 3 milliards d’euros d’actifs sous gestion. Lancé en 2009, sur un univers d’investissement européen, CPR Silver Age est le premier fonds actions du marché consacré au vieillissement de la population, grâce auquel CPR AM s’est affirmé comme un investisseur thématique de premier plan. Nous avons ensuite, en 2014, décliné cette stratégie sur un univers mondial, via le fonds CPR Invest Global Silver Age. La gamme a connu une dernière extension fin 2019, avec le lancement de CPR Invest – Medtech, un fonds investissant dans le secteur des technologies médicales.

Nous sommes persuadés que la démographie est la reine mère des mégatendances.

Quelle stratégie d'investissement ? 

V.A : Derrière cette tendance de fond, c’est tout un écosystème économique qui se met en place. La Silver Economie profite du pouvoir d’achat et des dépenses de consommation des retraités. Capter ces relais de croissance implique d’ouvrir son univers d’investissement à tous les secteurs impactés par la consommation des seniors pour reproduire, au sein de l’univers d’investissement, la multiplicité des acteurs de la Silver Economie.

Notre stratégie d’investissement repose sur l’identification de ces multiples secteurs : en effet, les retraités ne constituent pas une population homogène ! A soixante ans, en bonne santé et actifs, ils orientent leurs dépenses vers les loisirs, le bien-être, et se soucient de la gestion de leur patrimoine pour le transmettre aux générations suivantes. Au-delà d’un certain âge, la santé et la dépendance occupent une part importante de leurs dépenses, lesquelles sont davantage motivées par une quête de confort, de sécurité.

Avec un univers d’investissement large, couvrant les besoins distincts observés chez les deux segments précités, nous adressons le phénomène du vieillissement dans son ensemble. Par ailleurs, nous nous différencions des fonds purement sectoriels, lesquels sont souvent plus concentrés autour du monde de la santé.

M.G : Ce fonds de gestion active est une stratégie d’actions mondiales, à long terme et à forte conviction, qui investit dans les entreprises visant à aider une population d’un certain âge à mener une vie plus longue, plus saine, idéalement épanouie et financièrement indépendante. Nous sommes persuadés que la démographie est la reine mère des mégatendances, avec le vieillissement de la population en particulier offrant une opportunité singulière de croissance supérieure et d’avantage durable dans un monde à faible croissance structurelle. Partant d’un univers thématique propriétaire, l’équipe construit un portefeuille basé sur une analyse financière bottom-up approfondie, tout en observant des règles strictes de gestion des risques.

Quel type de valeurs ? 

M.G : Nous portons notre attention sur les entreprises dont la croissance n’est pas conditionnée principalement par le cycle mais par la tendance de fond qu’est le vieillissement de la population. Il faut comprendre combien il est important d’être positionné du bon côté des grandes tendances structurelles dans un monde à faible croissance, au risque de voir les sociétés mal placées disparaître.

Nous investissons dans quatre secteurs clés : la santé, la finance, la consommation discrétionnaire et non-discrétionnaire, soit les biens considérés comme indispensables. Prenons la santé : l'âge augmente le risque d'avoir besoin d’une prothèse de la hanche ou d'être diagnostiqué d’un diabète ou de certains cancers. Nous investissons dans des sociétés innovantes qui aident les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé, tout en proposant des produits ou services qui limiteront les coûts de la santé, par exemple dans le domaine de la thérapeutique, de l'assurance maladie et de la technologie médicale.

La question de l’alimentation est également cruciale. Quand le corps vieillit, il a besoin de plus d’attention et de solutions pour l’aider à bien fonctionner. Les personnes âges en ont souvent conscients. En règle générale, ce sont elles qui prennent le plus de vitamines et de compléments nutritionnels. Par exemple, les probiotiques, qui sont des assemblages de cultures bactériennes, contribuent à préserver le bon fonctionnement de notre système digestif : on estime qu’ils diminuent le risque d’apparition d’un certain nombre de maladies : hyperglycémie, obstruction des artères, etc.

L'allongement de l'espérance de vie met également à l'épreuve l'épargne et les pensions. Nous investissons donc dans des entreprises qui contribuent à combler le manque de conseils financiers et d'épargne, ainsi qu'à faciliter le transfert de patrimoine : par exemple dans la gestion de patrimoine, la gestion d'actifs ou l'assurance vie.

Dans le secteur de la consommation, les baby-boomers et les personnes âgées ont un pouvoir d’achat supérieur aux autres classes d’âge. Les retraités ont également plus de temps libre. Ils passent un nombre étonnant d'heures en ligne, dépensent beaucoup plus d'argent pour les soins de la peau et les compléments alimentaires et privilégient l’expérience à la consommation du produit à la mode.

Nous investissons dans des entreprises qui sont capables de s’inscrire dans la durée, soucieuses de l'environnement et de la société, qui aident les personnes âgées à mener une vie épanouie - tant dans les produits de consommation de base que dans les produits de consommation discrétionnaire : par exemple, une alimentation plus saine, une bonne bouteille de vin, des lunettes de lecture, des produits cosmétiques, des voyages et des loisirs, ou même des services funéraires.

V.A : Nous avons construit l’univers d’investissement autour de 8 secteurs :

  • le bien-être (cosmétiques, produits d’hygiène, etc.)
  • les loisirs (tourisme, restaurants, jardinage, etc.), l’automobile (voitures, camping-cars, etc.)
  • l’épargne financière (gestion d’actifs, assurance-vie, etc.)
  • la sécurité (alarmes, vidéo surveillance, objets connectés, etc.)
  • les équipements et services de santé (optique, prothèses auditives, dialyse, scanner, etc.)
  • la pharmacie (traitements et médicaments)
  • et la dépendance (maisons de retraite, services à la personne, etc.)

Une telle approche multisectorielle offre l’avantage de la diversification et de la flexibilité. Une allocation géographique et sectorielle dynamique nous permet d’adapter le portefeuille aux cycles de marché et aux mutations sectorielles fondamentales.

Quels objectifs d'impact ?

V.A : La thématique du vieillissement, du fait de sa composante éminemment humaine et des enjeux liés au bien-vivre et au bien-vieillir, se prête évidemment à la prise en compte de critères ESG. En complément d’indicateurs de controverses pour filtrer les entreprises, nous nous appuyons spécifiquement sur des critères jugés pertinents au regard de la thématique, tels que : 

  • l’accès à la médecine (ce critère évalue l'accès aux médicaments pour les plus pauvres au travers d'initiatives concrètes en matière notamment de R&D, d'adaptation des mécanismes de prix ou d'aménagement en matière de propriété intellectuelle)
  • la bioéthique (ce critère évalue le respect des principes de bioéthique en matière de recherche clinique - essais sur l'homme et sur l'animal, recherche sur les cellules souches, clonage, utilisation des échantillons biologiques humains, accès aux traitements - et une publication transparente des résultats)
  • ou encore la responsabilité produit (ce critère évalue l’accès des produits - biens de première nécessité - et leur sécurité aux consommateurs, ainsi que la gestion des risques directs - installation et maintien des produits - et indirects - produits défectueux pouvant mettre en danger la sécurité/santé des utilisateurs - liés à leur utilisation)

M.G : Le vieillissement de la population est une des mégatendances actuelles qui nous forcent à repenser certaines normes pourtant bien établies. De nouveaux défis nécessitent de nouvelles solutions. Le bien-être au sens large est un domaine où nous rencontrons de nombreuses idées attrayantes, qui sont autant d’opportunités d’investissement.

Pour les entreprises bien positionnées, la clientèle des baby-boomers est très séduisante : ses dépenses ralentissent peu en période de crise et augmentent rapidement en période de reprise. L’analyse de l’univers économique consacré à la démographie en tant que mégatendance nous permet de trouver des entreprises à fort potentiel. Mais ces opportunités vont de pair avec de nouveaux défis.

Nous en avons pris conscience très tôt en développant une discipline de perspective à moyen et long terme, aussi bien sur les enjeux ESG que sur la durabilité du modèle financier et de la stratégie d’une société. Prenons encore l’exemple de la santé. La hausse des coûts de santé associée avec les maladies liées à l’âge est un défi majeur pour nos sociétés. Et tous les traitements n’ont pas le même avenir alors que les coûts de la santé explosent. Les inégalités face à l’accès aux soins se creusent. À notre sens, il faut aujourd’hui évaluer les innovations dans le secteur de la santé surtout en fonction de la capacité de l’entreprise à apporter une solution qui réduise le coût global de prise en charge.

Quelle performance financière ? 

M.G : Depuis que l’équipe a repris la gestion du fonds en mars 2012, la stratégie LO Golden Age a surpassé son indice de référence MSCI World six années sur huit.

V.A : Depuis son lancement en 2009 et au 31 janvier 2020, le fonds CPR Silver Age offre une performance annualisée et nette de frais de 9,67 %, soit 2 % de plus que son indice de comparaison (le MSCI Europe). Ces chiffres de performance sont le reflet des taux de croissance du chiffre d’affaires et des bénéfices supérieurs au marché qu’affichent les entreprises ayant un pied dans la Silver Economie.  

Quelles perspectives ? 

V.A : Le dernier fonds de la gamme, CPR Invest - Medtech, investit dans les entreprises de technologie médicale, et il y a de quoi faire : des implants chirurgicaux aux outils de diagnostic, en passant par les applications de télémédecine et l’imagerie médicale… cet univers évolutif, marqué par une forte activité de M&A, ne cesse de s’étendre. Et nourri par un rythme d’innovation effréné, il affiche un taux de croissance particulièrement élevé.

Le progrès médical fait chaque jour des pas de géant grâce à la révolution numérique. C’est pourquoi cette stratégie est au croisement de deux de nos champs d’expertise : l’économie du vieillissement mais également de la disruption, que nous gérons dans l’équipe via un autre de nos fonds phares : CPR Invest - Global Disruptive Opportunities.

M.G : Nous nous attendons à ce que la croissance mondiale - malgré l'impact probable à court terme du coronavirus - se stabilise en 2020 et reste optimistes quant aux perspectives économiques. Nous restons également constructifs en ce qui concerne les actions mondiales, à condition que les politiques monétaires des banques centrales restent accommodantes.

Cela dit, les marchés ont connu une forte progression en 2019, en grande partie grâce à une expansion des multiples de valorisation. Les entreprises ne devront pas décevoir les attentes en matière de bénéfices au cours des prochains trimestres. Les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, la crise sanitaire liée au coronavirus sont autant d’illustrations des risques macroéconomiques qui peuvent impacter les marchés à ces niveaux.  En outre, la volatilité liée à l'élection présidentielle américaine pourrait bien nous accompagner en novembre. Sur le grand plan, nous pensons que la croissance faible en termes absolus favorise un biais de croissance, pour autant tant qu’il est couplé d’une forte discipline de valorisation. Notez que nous demeurons spécialement optimistes quant à la performance des secteurs de la santé et des financières sur l’année 2020 dans ce contexte.

Quels investisseurs ? 

M.G : Nous bénéficions d’une bonne diversification entre investisseurs privés et investisseurs institutionnels. Notre expérience démontre qu’une thématique à forte conviction, qui plus est intuitive, combinée à un processus d’investissement transparent, suscite une belle fidélité chez la clientèle privée. Nous observons également que certains fonds de pension utilisent la thématique du vieillissement de la population afin de les aider à couvrir leurs risques face à l’allongement des rentes.

V.A : Les fonds de la gamme Silver Age conviennent à tous types d’investisseurs ayant une approche d’investissement de long terme (5 ans étant l’horizon de placement minimum recommandé) et cherchant à s’exposer à une thématique de croissance pérenne et non-cyclique. Ils sont également pertinents pour les investisseurs qui souhaitent aligner leurs investissements sur des considérations extra-financières liées aux enjeux démographiques et sociaux.

Quelle place dans une allocation ? 

V.A : Les actions thématiques sont devenues incontournables dans une allocation, offrant une diversification du risque et une exposition à des entreprises bénéficiant de forts relais de croissance. Leur place plus ou moins centrale dans une allocation dépendra de l’appétence au risque et de la conviction de l’investisseur quant à la thématique proposée.

M.G : De plus en plus de nos clients utilisent le fond Golden Age en tant que cœur de portefeuille actions globales, le fonds ayant démontré qu’il surperforme un marché d’actions Monde aussi bien dans des périodes de hausse que de baisse. Ceci dit, nous tâchons de sensibiliser nos clients quant aux biais de la stratégie, aussi bien au niveau sectoriel que sur le style, les sociétés de qualité étant privilégiées.

*Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Pour toute décision d’investissement, il est important de se rapprocher d’un conseiller financier afin de sélectionner un investissement correspondant à son profil de risque et à ses objectifs.

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.