Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Finance

Indicateur Novethic : les fonds durables en forte progression sur le premier semestre

©BlackAkaliko/Shutterstock

Le centre de recherche référence désormais 531 fonds durables commercialisés dans l'Hexagone, contre 488 fin 2018.

La dynamique se poursuit pour le marché de l'investissement socialement responsable. L'indicateur de Novethic référence désormais 531 fonds étiquetés "durables" commercialisés en France, contre 488 fin 2018, pour 185 milliards d'euros d'encours, en progression de 27 %.

Et si ceux-ci sont encore majoritairement détenus sur des fonds actions, l'institut de recherche note une tendance forte autour de l'offre d'ETFs et de fonds indiciels verts, avec 8 nouveaux fonds de ce type recensés depuis le début de l'année et représentant près de 40 % de la collecte de tous les nouveaux fonds. 

Les deux labels d'État, ISR et Greenfin, connaissent également une croissance continue, malgré un ralentissement de la collecte sur le premier (13 % de la collecte du marché global sur ces six derniers mois, contre 52 % fin 2018), pour 55 milliards d'euros d'encours fin juin 2019 (NDLR : 71 milliards d'euros à début octobre). Le second en revanche affiche une meilleure santé, avec une dynamique de collecte "cinq fois plus forte que pour les fonds labellisés ISR sur la période", relève Novethic. 

Dans le détail, les fonds thématiques, en raison notamment de leurs bonnes performances financières, représentent désormais près d'un quart du marché, avec une affection particulière des investisseurs pour les sujets environnementaux (+ 32 % d'encours) et multi-thématiques (+ 38 %). Enfin, les fonds dédiés aux Objectifs de Développement Durable (ODD) présentent un taux de collecte de + 23 % et une progression des encours de + 45 %, pour une performance moyenne de 15,1% sur le semestre.

Ombre au tableau toutefois : la multiplication des produits verts aux degrés de conviction parfois très variables n'aide pas à la clarté. Ainsi, un certain nombre de ces nouveaux fonds résulte par exemple de la conversion de fonds classiques, tandis que la gestion passive durable offre encore peu de garanties quant à ses impacts ESG. "Les sociétés de gestion sont toujours plus nombreuses à s’affirmer 100% ESG sans forcément préciser en quoi cela consiste dans les documents marketing ou juridiques des fonds (prospectus, DICI, reporting...)", regrette notamment le centre de recherche.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.