Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Finance

Engagement actionnarial : Total ciblé par un groupement d'investisseurs

©multitel/Shutterstock

Un groupement de onze investisseurs européens coordonné par Meeschaert AM annonce avoir engagé un projet de dépôt de résolution pour la prochaine assemblée générale de Total qui se tiendra le 29 mai 2020 à Paris.

L’objectif de la résolution est de modifier les statuts du groupe pétrolier afin de renforcer la contribution de son modèle économique à l’atteinte de l’Accord de Paris sur le climat. "Actionnaires de long terme, nous avons pour obligation de prendre en compte le risque climatique dans la gestion de nos portefeuilles. Nous considérons ainsi que le secteur pétrolier doit jouer un rôle déterminant dans la transition énergétique", explique le groupe dans un communiqué. 

"L’obligation de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C d’ici la fin du siècle induit la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, et donc de cesser l’exploration et l’exploitation de toutes nouvelles réserves d’hydrocarbures. Le groupement se montre ainsi soucieux du risque de dépréciation des actifs ("stranded assets") de Total, dont la valorisation et le modèle économique dépendent fortement des réserves d’énergie fossile dont elle gère l’exploitation.

Il est donc demandé à Total de préciser un plan d’actions à moyen et long termes assorti d’étapes intermédiaires, ainsi que les moyens déployés pour réduire en valeur absolue ses émissions de gaz à effet de serre. Ce plan doit également intégrer les émissions indirectes, dans la mesure où l’utilisation des produits vendus représente 85 % des émissions de gaz à effet de serre de Total.

A cette fin, la résolution vise à modifier les statuts de la façon suivante: "Le rapport de gestion contiendra, outre les informations sur la situation de la Société et son activité pendant l’exercice écoulé et les autres éléments requis par les dispositions des lois et règlements en vigueur, la stratégie de la Société telle que définie par le Conseil d’Administration pour aligner ses activités avec les objectifs de l’Accord de Paris, et notamment ses articles 2.1(a) et 4.1, en précisant un plan d'actions avec des étapes intermédiaires pour (i) fixer des objectifs de réduction en valeur absolue, à moyen et long terme, des émissions directes ou indirectes de gaz à effet de serre (GES) des activités de la Société liées à la production, la transformation et l’achat de produits énergétiques (Scope 1 et 2), et à l’utilisation par les clients des produits vendus pour usage final (Scope 3) et (ii) les moyens mis en œuvre par la Société pour atteindre ces objectifs."

En effet, si le groupement d’investisseurs salue les avancées réalisées par Total qui sont décrites dans ses Rapports Climat successifs, il exprime le souhait de voir certains éléments approfondis :

  • les engagements actuels ne permettent pas d'évaluer dans quelle mesure les activités de l'entreprise contribuent à l’atteinte de l'objectif de l'Accord de Paris ; en particulier, l’ambition du groupe de réduire l’intensité carbone de ses produits énergétiques de 15% entre 2015 et 2030 ne garantit en rien la diminution en valeur absolue des émissions de gaz à effet de serre de Total, Scope 3 inclus.
  • la communication sur les dépenses d’investissement de capital, présentée sous l’appellation générique « électricité bas carbone », ne permet pas de comprendre précisément les moyens consacrés à l’atteinte de l’objectif de 25 GW de capacités renouvelables fixé par l’entreprise pour 2025.

Dans un contexte climatique tendu (méga-feux australiens, hiver doux, assignations en justice pour inaction climatique à l’initiative de collectivités publiques et d’ONG, débat autour des plans de relance post-Covid 19), l’insuffisance des engagements du groupe pétrolier constitue un risque à la fois pour l’entreprise et pour ses actionnaires.

Ce groupement, composé de onze investisseurs européens, représente plus de 764,5 milliards d’euros d’encours sous gestion (au 31 décembre 2019), et environ 1,35% du capital de Total (au 14 avril 2020), parmi lesquels :

  • Actiam
  • Candriam
  • Crédit Mutuel Asset Management et les Assurances du Crédit Mutuel
  • Ecofi Investissements
  • Friends Provident Foundation
  • Fédéral Finance Gestion
  • La Banque Postale Asset Management
  • Meeschaert Asset Management
  • Sycomore Asset Management

Le groupement d’investisseurs souligne : "Notre volonté est de privilégier l’engagement actionnarial pour faire vivre nos convictions d’investisseurs responsables dans notre dialogue avec les entreprises détenues en portefeuille. Ensemble, le groupe d’investisseurs co-déposants dépasse largement le seuil minimal de 0,5 % de détention du capital. C'est l'aboutissement d'un long parcours grâce auquel la quantité d'actions nécessaire pour mener cette initiative est réunie et toutes les exigences administratives remplies. Cette étape importante constitue un premier succès même si de nouveaux obstacles liés à la complexité des procédures administratives doivent encore être franchis pour que cette résolution soit présentée au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale. Face aux engagements plus ambitieux présentés par ses pairs, nous sommes convaincus que Total répondra positivement à l’ensemble des mesures proposées dans notre résolution qui se veut constructive, et dont la finalité est de permettre à l’entreprise de retrouver la place de leader qu’elle revendique dans le secteur, en termes de lutte contre le changement climatique."