Environnement

WeDressFair : "le monde est en train de changer et la mode doit changer avec"

Antoine Coulaud et Marie Nguyen, co-fondateurs de WeDressFair.
©WeDressFair/capture d'écran

WeDressFair, le "select store" de marques éco-responsables en ligne, a ouvert ses portes sur Internet le 14 mai dernier. 

WeDressFair est une plateforme d'achat de vêtements en ligne qui propose une sélection de marques éthiques et responsables. Leur mot d'ordre : combattre l'industrie de la fast fashion en proposant des vêtements stylés et durables. Explications du fondateur, Antoine Coulaud.

Pourquoi avoir créé WeDressFair ? 

On s'est rendu compte qu'il y avait beaucoup de nouvelles marques de mode peu connues qui cherchent à produire en respectant l'Homme et l'environnement. Le problème, c'est qu'il est souvent difficile de les trouver. Nous avons donc voulu les mettre en avant. WeDressFair est un "select store" de marques éco-responsables : on sélectionne des vêtements à la fois beaux et durables pour montrer que la mode éthique n'est pas forcément une mode ethnique. On veut en finir avec l'idée préconçue que les marques de mode éthiques ne produisent que des bonnets péruviens et des sarouels. Il y a plein de marques qui ont des engagements sociaux et environnementaux forts et qui en plus, font des vêtements très stylés !

On veut en finir avec l'idée préconçue que les marques de mode éthiques ne produisent que des bonnets péruviens et des sarouels."

Pour le consommateur, comment fonctionne WeDressFair ? 

Nous avons une dizaine de marques disponibles sur la plateforme. On espère en avoir une vingtaine d'ici les six prochains mois. WeDressFair fonctionne comme un site classique : toutes les marques sont répertoriées, on peut ajouter au panier, payer et passer commande directement sur le site. L'utilisateur peut également filtrer sa recherche selon différents critères : tee-shirt, veste, chemise... Mais aussi selon des critères de valeur : engagement social, engagement associatif, matière recyclées, matière bio, etc.

Une marque 100 % éthique, ça n'existe pas, mais les consommateurs sont de plus en plus attachés à l'honnêteté."

Vous avez donc des partenariats avec les marques en vente sur la plateforme ?

On fonctionne sur le modèle du Marketplace, c'est à dire que nous gagnons de l'argent sur les commissions de ventes. Le but est de faire augmenter le chiffre d'affaire des marques. Nous avons à cœur de mettre en avant de petites pépites encore peu connues, pour les aider à se développer. Pour ça, nous vendons également d'autres grandes marques, comme Veja ou Knowledge Cotton Apparel. Celles-ci permettent d'attirer du monde et d'aider les autres marques à se développer. Enfin, on attache beaucoup d'importance à la transparence. Une marque 100 % éthique, ça n'existe pas aujourd'hui, mais les consommateurs sont de plus en plus attachés à l'honnêteté. Nous essayons de donner un maximum d'informations possibles sur les marques, leurs points forts et les aspects à améliorer.  

WeDressFair a-t-il des concurrents directs ? 

Aujourd'hui, non. Il existe seulement des boutiques physiques qui vendent des marques éco-responsables connues, mais pour les plus petites marques, c'est difficile de faire sa place. Mais notre combat c'est l'industrie de la fast fashion, donc on espère avoir des concurrents. Le monde est en train de changer et la mode doit changer avec. 

Une interview réalisée en partenariat avec France Inter. Pour écouter la chronique Social Lab, cliquez ici