ID d'ailleurs

Burkina Faso : la technique du « zaï » pour repousser le désert

©Yacouba Sawadogo

Yacouba Sawadogo, 80 ans, a fait fleurir le désert. Quarante ans en arrière, dans la région très aride de Ouahigouya, cet agriculteur burkinabé a planté 30 hectares de forêts. Aujourd’hui, l’ancien désert est impressionnant de verdure.

C’est grâce à une technique ancestrale que ce paysan a réussi à reculer l’avancement du désert et lui redonner vie. Dans l’une des régions les plus arides du Burkina Faso, Yacouba Sawadogo a réalisé une prouesse écologique, alors que tout le monde le prenait pour un fou quelques années auparavant.

La technique ancestrale du « zaï », pourtant simple, lui a permis un tel exploit. Il s’agit de Régénération Naturelle Assistée (RNA) qui consiste à creuser le sol pour le remplir de débris organiques, attirant ainsi les termites. Celles-ci creusent des petites galeries qui permettront ensuite de retenir l’eau lors de la saison des pluies. Il ne reste plus qu’à planter des graines et laisser pousser. À force de patience, le résultat est à la hauteur de sa longue attente.

Une prouesse écologique dans une région décimée par la sécheresse

Après une longue période de sécheresse dans les années 70, le Burkina Faso a connu un désastre écologique sans précédent. Le long travail agricole de Yacouba Sawadogo a payé. Une forêt verdoyante d’une trentaine d’hectares gît au milieu d’un paysage désertique.

Plus de soixante plantes différentes, des arbres et des animaux ont repeuplé la région. La forêt s’inscrit aujourd’hui dans un véritable patrimoine écologique. Yacouba Sawadogo ne compte pas s'arrêter là et souhaite faire avancer la médecine douce et traditionnelle à partir de ses plantations.