Environnement

Signaux contradictoires au gouvernement sur la question du diesel

Le gouvernement rencontre des divergences concernant la question des vignettes Crit'Air 1, applicables aux véhicules diesel.
©Hadrian/Shutterstock

Le gouvernement se divise sur la question de l'étiquetage des véhicules diesel avec la vignette Crit'Air 1. Tandis que le ministère de l'Ecologie rejette l'idée, les Transports et l'Economie sont ouverts au débat. 

Faut-il étiqueter certains véhicules diesel avec la vignette Crit'Air 1, parmi les véhicules les moins polluants ? les avis des ministres divergent: "Ca n'aura pas lieu", assure la secrétaire d'État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon. "On peut ouvrir ce débat", dit Elisabeth Borne (Transports). "Nous verrons", déclare Bruno Le Maire (Economie).

Le quotidien Le Monde avait avancé mercredi que le ministère de l'Economie réfléchissait à laisser les diesels récents bénéficier de la vignette Crit'Air 1, comme les essences récentes et les hybrides.

Interrogé jeudi à ce sujet en marge du salon des entrepreneurs, le ministre Bruno Le Maire a expliqué n'avoir "pas à choisir les motorisations": "ce qui compte c'est que les critères environnementaux soient rigoureusement respectés".

"La vignette Crit'Air 1, elle définit un certain nombre de critères, de rejet de particules fines ou de dioxines dans l'atmosphère qui sont des critères stricts. Les véhicules qui respectent rigoureusement, strictement, à 100% ces conditions-là, doivent pouvoir bénéficier de la vignette", a-t-il encore estimé.

Ce n'est pas tout à fait ce qu'a dit son homologue des Transports, Elisabeth Borne. Sur Sud Radio, jeudi matin, elle s'est montrée plus critique : "ce qui est clair, c'est que le diesel pollue et qu'on a des problèmes de particules, on a des problèmes d'oxyde d'azote".

"Donc en effet les vignettes Crit'Air 1 qui caractérisent les véhicules les moins polluants, elles ne sont pas accordées aux véhicules diesel", a-t-elle plaidé. Elle a reconnu qu'"on peut ouvrir ce débat" mais rappelé que les problèmes de pollution font "48.000 morts prématurés par an".

Rejet du ministère de l'Ecologie

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, a pour sa part affirmé: "le ministère de l'Ecologie est contre, ça n'aura pas lieu". "Ce n'est pas une décision industrielle, c'est une décision pour savoir ce qui est bon pour la santé des gens, ce qui est bon pour la transition écologique", a-t-elle estimé, en reconnaissant que "chaque ministère est dans son rôle en poursuivant sa propre vision".

"Nous allons en discuter avec le ministre de l'environnement François de Rugy. Nous verrons si c'est opportun ou si ça ne l'est pas, si on a toutes les assurances voulues, si les évaluations ont été faites de manière totalement indépendante (...) et nous verrons ensuite", a conclu M. Le Maire.

Début décembre, le gouvernement avait renoncé à taxer davantage le diesel, jugé plus néfaste que l'essence pour l'environnement, sous la pression du mouvement social des "gilets jaunes".

Avec AFP.