Environnement

Premier conseil de défense écologique le 23 mai à l'Elysée

©ludovic MARIN/AFP

Le premier conseil de défense écologique, dont la création a été annoncée par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse du 25 avril, se tiendra le 23 mai à l'Elysée, a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement Sideth Ndiaye.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a présenté en conseil des ministres le décret sur la création de cette instance qui "réunira régulièrement les ministres et les opérateurs de l'État mobilisés" sur les dossiers de la lutte contre le réchauffement climatique et de la protection de la biodiversité, a-t-elle précisé.

Y participeront notamment le président, le Premier ministre, M. de Rugy et les ministres de l'Economie, des Affaires étrangères, de la Santé ou du Logement, selon elle. Ils pourront être rejoints, au moins une fois par an, par les membres du Haut conseil pour le climat, une instance indépendante créée en novembre 2018 composée d'experts scientifiques.

Ce conseil "fixera les priorités dans ces domaines, s'assurera de leur prise en compte dans l'action de la politique du gouvernement et du suivi de leur mise en oeuvre", selon le communiqué du conseil des ministres.

Par ailleurs, Sibeth Ndiaye a indiqué que la convention citoyenne, composée de 150 citoyens tirés au sort, devrait tenir sa première réunion "dans le courant du mois de juin". "Les services du ministère de la Transition écologique travaillent activement" en ce sens, a-t-elle précisé.

Emmanuel Macron avait expliqué, lors de sa conférence de presse du 25 avril, que "la première mission" de ce conseil de participation citoyenne serait de "redessiner toutes les mesures concrètes d'aide aux citoyens sur la transition climatique", car certaines apparaissaient "trop complexes".

L'écologie est l'un des sujets majeurs mis en avant dans la campagne des européennes, notamment par la liste de la majorité conduite par Nathalie Loiseau. Mais, pour Yannick Jadot, tête de liste EELV, "Emmanuel Macron dès qu'il s'agit d'agir ne parle pas d'écologie".

Avec AFP.