Environnement

Piratage génétique : des chercheurs américains ont mis au point un OGM "super productif"

©Saverio blasi/Shutterstock

En mettant au point une technique de "court-circuitage génétique", des chercheurs de l'Institut de biologie génomique de l'Université de l'Illinois affirment avoir réussi à augmenter la production de plants de tabac de 40 %. 

La manipulation génétique des cultures pourrait-elle constituer une réponse plausible à l'explosion de la demande alimentaire mondiale ? Oui, selon des chercheurs de l'Institut de biologie génomique de l'Université de l'Illinois qui, dans une étude publiée jeudi 3 décembre dans la revue Science, affirment avoir réussi à rendre des plants de tabac jusqu'à 40 % plus productifs dans des conditions agronomiques réelles grâce à une technique de "piratage" génétique.

Comment ? En corrigeant un défaut naturel de la photosynthèse, pendant laquelle une enzyme appelée Rubisco a la mauvaise tendance de capter, à hauteur de 20 % du temps, de l'oxygène au lieu du dioxyde de carbone, ce qui résulte sur la production de molécules toxiques dont les plantes vont devoir se débarrasser grâce au processus de photorespiration. Problème, ce phénomène est très énergivore, explique Paul South, biologiste moléculaire et principal auteur de l'étude : "La photorespiration est un anti-photosynthèse (...) Cela coûte à la plante de l'énergie et des ressources précieuses qu'elle aurait pu investir dans la photosynthèse pour produire plus de croissance et de rendement."

Résultat, moins de rendement donc, à moins de créer un "raccourci photorespiratoire" en implantant une portion d'ADN d'algue verte afin d'accélérer le processus. "Nous pourrions nourrir chaque année plus de 200 millions de personnes avec les calories perdues à cause de la photorespiration dans le Midwest américain", estime Donald Ort, professeur en sciences végétales et en sciences de la culture à l'Institut Carl R. Woese de génomique de l'Illinois. "Récupérer même une partie de ces calories dans le monde contribuerait grandement à répondre à la demande alimentaire en rapide expansion du XXIe siècle, entraînée par la croissance démographique et des régimes plus riches en calories et plus riches."