Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Lundi vert : des ONG appellent les consommateurs à ne pas se "tromper d'ennemi"

© travelview/shutterstock

"Sauver l’élevage durable français passera par une réduction de la consommation de viande… industrielle !" soulignent notamment les ONG.

Le 7 janvier 2019, 500 personnalités appelaient les Français à réduire leur consommation de viande en lançant le "Lundi Vert", une initiative qui consiste à ne plus manger de viande et de poisson chaque lundi de la semaine. Ces personnalités expliquaient notamment que "la production de viande est l'une des activités humaines ayant les conséquences les plus néfastes pour l'environnement". Mais attention toutefois à ne pas "se tromper d'ennemi", insistent, dans une tribune publiée publiée lundi 28 janvier 2019 sur RTL, une dizaine d'ONG, parmi lesquelles Réseau Action Climat, Greenpeace France, la Fondation pour la Nature et l'Homme ou encore WWF France. 

"Nous mangeons une viande de plus en plus industrielle : mauvaise pour la santé, les animaux et notre planète. Nous consommons de plus en plus de viande issue d’élevages industriels. Or ces élevages industriels sont dangereux pour l’environnement, pour la santé et pour le bien-être des animaux car ce sont des systèmes très intensifs en engrais de synthèse, en pesticides, en énergie, etc", expliquent les signataires, qui appellent à abandonner la viande industrielle au profit de "systèmes d'élevage français durables" : "De nombreux éleveurs français entretiennent les paysages, maintiennent les haies et les prairies naturelles, permettent aux animaux un accès au plein air, protégeant ainsi la santé humaine, la biodiversité, les sols et l’eau. Très faiblement dépendants des importations, ces modes d’élevages durables sont plus rémunérateurs pour les éleveurs et plus respectueux du bien-être des animaux", argumentent-ils. 

"Repenser notre consommation de viande permet à tous de soutenir les systèmes d'élevage français durables. Une baisse de la consommation de viande permettrait, outre les bénéfices sur notre santé, les animaux et notre planète, de réaliser des économies et de rediriger les achats vers des produits animaux de qualité et durables", concluent les ONG, qui prônent une transition agricole et alimentaire qui soit "soutenable pour la planète, bonne pour la santé de tous, rémunératrice pour les éleveurs, créatrice d'emplois et même bénéfique pour la balance commerciale de la France".