Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dossier climat

Lexique : le changement climatique en dix mots

Éclairage sur quelques termes climatiques.
©DR

Le changement climatique est un phénomène complexe et son vocabulaire l'est parfois tout autant. Voici quelques explications autour de termes communs. Une liste loin d'être exhaustive.

Climat 

Le climat est encore régulièrement confondu avec la météo. Pourtant, il faut bien les distinguer. La météo concerne la prévision des conditions atmosphériques [température, vitesse des vents, nuages, précipitations] à quelques jours alors que le climat - le résultat de nombreuses interactions complexes entre l'atmosphère, les océans et les continents - se caractérise par des conditions moyennes (températures, précipitations, etc), des variations et des extrêmes (vagues de chaleur, etc.) sur des décennies. On parle souvent d’une échelle de 30 ans. On peut donc tout à fait avoir une météo avec des températures froides alors que les températures moyennes augmentent.

Changement climatique

Le climat a toujours changé sur Terre par le passé mais la crise climatique que nous vivons actuellement est exceptionnelle. Elle est marquée à la fois par sa fulgurance et son origine anthropique : là où les changements climatiques se produisaient sur des dizaines de milliers voire millions d’années, laissant aux espèces le temps de s’adapter, ils sont actuellement perceptibles en l’espace de quelques décennies. De plus, là où le soleil, la tectonique des plaques ou les paramètres orbitaux influent sur le climat à l’origine naturelle, c’est bien l’homme, à travers ses activités qui émettent des gaz à effet de serre, qui est responsable de la crise climatique actuelle.

Le changement climatique que nous vivons et qui affecte déjà toutes les régions sur Terre se traduit notamment par l'augmentation moyenne des températures, la modification des précipitations, la fonte des glaciers, la hausse du niveau des mers ou encore l'accentuation du nombre et de l'intensité des événements extrêmes (sécheresses, inondations, etc.). Si certains changements sont irréversibles, d'autres pourraient être ralentis par la réduction de nos émissions.

Effet de serre

L’effet de serre est une conséquence de la présence de gaz dans l’atmosphère qui absorbent une partie des rayonnements infra-rouge émis par le sol. Ce phénomène naturel permet d’avoir sur Terre une température favorable à la vie. Avec ses activités, l’homme émet des gaz à effet de serre en grande quantité dans l’atmosphère - principalement du dioxyde de carbone, du méthane et du protoxyde d’azote - et dérègle le fonctionnement très complexe du système Terre.

Ppm

La concentration de CO2 dans l’atmosphère est comptabilisée en ppm, en partie par million. Depuis la révolution industrielle, le taux de concentration de CO2, alors à 280, ne cesse d’augmenter. Il a dépassé la barre de 400 en 2015 et celle des 413 ppm en 2020.

Giec

C’est le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Créé en 1988, il est composé de scientifiques du monde entier et est chargé de faire un état des lieux des connaissances scientifiques en matière de climat. Ses rapports font la synthèse des articles scientifiques, relus par les pairs, et publiés dans des revues scientifiques. Son processus de relecture par la communauté scientifique, transparent, permet de donner de la légitimité. Le prochain rapport d’évaluation est attendu en 2022.

COP 

Les Conference of the parties ou conférence des Parties sont des rendez-vous annuels des Etats signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, signée en 1992 au Sommet de la Terre. L'objectif est de faire le bilan de l'application de la convention et de négocier de nouveaux engagements.

Anthropocène

L’anthropocène, qui signifie “ère de l’humain”, est un terme introduit dans les années 2000 par le météorologue et chimiste néerlandais Paul Josef Crutzen pour désigner une nouvelle ère géologique qui succède à l’holocène. Des débats existent pour dater le début de l’anthropocène : certains le fixent à la révolution industrielle, quand d’autres optent pour les débuts de l’agriculture ou les explosions nucléaires à partir de 1945. Plusieurs orientations philosophiques se cachent derrière ce terme : d’une part, l’homme, responsable de son activité, qui pourrait aussi infléchir le changement climatique via les solutions technologiques. D’autre part, une critique des hommes et du capitalisme, comme ceux qui ont irrémédiablement changé les conditions de survie sur la planète. D’autres appellations alternatives existent pour souligner certaines dimensions : capitaloscène, thermocène, anthropo-obscène...

Atténuation et adaptation

Ces deux stratégies dans la lutte contre le changement climatique sont complémentaires. L’une vise à mettre en place des mesures pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre quand l’autre, comme son nom l’indique, vise à mettre en place des mesures pour s’adapter aux effets du changement climatique. Les deux stratégies sont indissociables et leur succès dépend l’une de l’autre.

Vulnérabilité

Les préjudices ou des dommages dus au changement climatique ne seront pas les mêmes partout, en fonction du degré de vulnérabilité. La population, les infrastructures, les réseaux, le patrimoine, l’environnement, ne sont pas tous exposés de la même façon au danger, aux aléas climatiques. Les raisons peuvent être physiques, sociales, économiques ou environnementales. Des études montrent par exemple que les populations les plus pauvres sont plus nombreuses à vivre en zones inondables et donc plus vulnérables en cas de fortes précipitations.

Géo-ingénierie

La géo-ingéniérie désigne les idées et les méthodes imaginées pour contrecarrer le réchauffement climatique, si nos émissions ne sont pas maîtrisées et diminuées. Les principales techniques évoquées sont le retrait du CO2 dans l’atmosphère et le réfléchissement du rayonnement solaire. Ces techniques sont controversées car elles sont complexes et peuvent avoir des conséquences néfastes. Elles posent aussi des questions en termes de gouvernance et d’éthique.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.