Question du jour

L'agriculture bio serait moins sensible aux pathogènes que son pendant conventionnel

©Nakornthai/Shutterstock

Selon une nouvelle étude publiée dans "Nature Sustainability" par des chercheurs de l’Inra et de l’université de Rennes 1, les exploitations agricoles biologiques souffriraient moins des maladies propres aux plantes. 

Les plantes issues de l'agriculture biologiques sont-elles plus résistantes que les autres ? C'est ce qu'affirme une étude publiée dans le journal Nature Sustainability le 16 juillet dernier et citée par le Journal de l'Environnement. Cette dernière a été réalisée par des chercheurs de l'Inra et de l'université Rennes 1. Pour la réaliser, les scientifiques ont compilé plus de cinquante recherches scientifiques et sont parvenus à deux conclusions distinctes. La première concerne le contrôle biologique des indésirables et la seconde, le taux de présence de ces derniers. Les auteurs de l'étude ont classé ces indésirables en trois catégories : les pathogènes comme les champignons, les parasites, comme les insectes, et les mauvaises herbes.

Globalement, il semble que l'agriculture biologique bénéficie d'un meilleur contrôle biologique sur les trois catégories d'agresseurs que l'agriculture conventionnelle : elle y résisterait ainsi davantage. Concernant leur taux de présence, celle-ci serait plus faible dans le cas des pathogènes et équivalente dans le cas des parasites. Les mauvaises herbes sont quant à elles davantage présentes dans les milieux agricoles qui ne sont pas traités aux pesticides, mais leur quantité accrue serait loin d'être néfaste. Selon les chercheurs, ces mauvaises herbes pourraient même être la cause de la présence plus faible de pathogènes et de parasites. Elles favorisent la biodiversité, qui produit un milieu "moins propice aux maladies et aux ravageurs".

Faites-vous davantage confiance à l'agriculture bio qu'à l'agriculture conventionnelle ?

Choix