Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

La Nouvelle-Guinée est élue l'île avec la plus grande diversité végétale au monde

En Nouvelle-Guinée, 68 % de plantes sont endémiques, elles ne poussent que dans la région.
©Janelle Lugge/Shutterstock

En Nouvelle-Guinée, la biodiversité et si importante que l'île est considérée comme celle ayant la plus grande diversité végétale au monde avec près de 14 000 espèces. Elle détrône ainsi l'île de Madagascar qui détenait précédemment le titre, selon une récente étude.

Située entre l'Australie et la Malaisie, la Nouvelle-Guinée est la plus grande île tropicale au monde. Mais ce n'est pas son unique tour de force. Une étude publiée dans la revue (payante) Nature et reprise dans The Guardian le 5 août dernier, établit qu'elle a la plus importe diversité végétale au monde avec plus de 13 600 espèces de plantes différentes. Avant la publication de l'étude, le nombre de plantes sur l'île était estimé entre 9 000 et 25 000. Cependant, selon les botanistes, il n'est pas possible d'évaluer précisément le nombre de plantes qui y poussent chaque année. 

Des spécimens non-identifiés à découvrir d'ici 50 ans

Les résultats de l'étude ont été obtenus après l'analyse de milliers d'échantillons sur l'archipel, dont certains datant du XVIIème siècle. Et pour mener à bien l'étude, 99 botanistes de 56 institutions en provenance de 19 pays ont été mobilisés. Ces mêmes experts expliquent également que l'île n'a pas encore révélé  tous ses secrets. Selon ces derniers, 3 000 à 4 000 espèces de plantes supplémentaires pourraient être découvertes en Nouvelle-Guinée dans les cinquante prochaines années. Et si cela est possible, c'est grâce à l'environnement de l'île qui dispose de différents climats et sols avec des forêts tropicales, de montagnes ou encore marécageuses qui n'ont pas la même altitude. Des habitats spécifiques à l'île qui permettent une grande diversité végétale.

Des espèces propres à l'île

Le projet a débuté en 2018 et depuis, 700 000 spécimens ont été étudiés dont 3900 espèces d'arbres, ou encore 2 800 espèces d'orchidées. Parmi celles-ci, environ 68 % de plantes endémiques, c'est-à-dire qui ne poussent que dans la région. Même si les chercheurs ont travaillé indépendamment la plupart du temps, les espèces ont été documentées et détaillées sur une liste commune, un catalogue en ligne. Pour l'île, il s'agit de la première liste de contrôle des espèces de cette envergure qui est vérifiée par des experts. Cela devrait permettre d'améliorer les découvertes de nouvelles espèces, les recherches écologiques et biogéographiques (l'étude des organismes vivants et leur répartition géographique), et œuvrer à la préservation de la biodiversité. Comme l'explique le Dr Rodrigo Cámara-Leret, biologique et chercheur principal de l'étude, les données peuvent également servir la liste rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), qui est un inventaire mondiale de l'état de conservation des espèces végétales et animales.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire : interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs. 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.