ID D'AILLEURS

Kenya : un frigo solaire pour réduire le gaspillage alimentaire

©SolarFreeze

Le jeune ingénieur kenyan Dysmus Kisilu a créé l'entreprise Solar Freeze, qui propose aux agriculteurs un service de stockage et de réfrigération des aliments fonctionnant à l'énergie solaire. 

L'équipement, baptisé le "Solar Freeze", est alimenté à l’énergie solaire. Créé par un jeune ingénieur kenyan, Dysmus Kisilu, ce service permet aux agriculteurs de stocker leurs invendus dans un frigo mobile : lorsqu'ils ne trouvent pas immédiatement de clients après leur récolte, ils peuvent envoyer un SMS à l'entreprise et un algorithme leur désignera le frigo le plus proche. Solar Freeze propose également un système de stockage mobile, en envoyant des camions réfrigérés jusque dans les fermes. L'objectif principal de l'entreprise est de réduire le gaspillage alimentaire.

Un rapport récemment publié par l'ONU démontre que la principale menace pour la biodiversité repose sur notre alimentation et notre consommation - et par conséquent notre production -, tandis qu’un tiers de la nourriture produite dans le monde termine à la poubelle. Les causes de ce gaspillage ne sont les mêmes partout sur le globe. Au Kenya, il concerne principalement le secteur agricole : les céréales, les fruits et les légumes sont souvent perdus en raison du manque de moyens de stockage et de conservation au frais à disposition des petits producteurs, de leur coût trop élevé, ou bien de l'instabilité des installations électriques. Un nombre important d’aliments n’ont ainsi même pas le temps d’atteindre le marché. Dans un entretien réalisé pour BrutDysmus Kisilu chiffre les pertes survenant entre le moment de la récolte et l'arrivée sur le lieu de vente à 52 %.

Une innovation aux multiples avantages

C'est pourquoi le jeune ingénieur a mis au point des unités de stockages réfrigérées, pour préserver les récoltes. L’entreprise présente sur son site les résultats de son invention : le Solar Freeze a permis de réduire le gaspillage alimentaire dans le secteur de l’agriculture pour 90 % des agriculteurs ayant eu recours à ce service. 

Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le 3plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière les États-Unis et la Chine" Dysmus Kisilu (dans un entretien avec Brut).

Mais ce n'est pas tout : réduire le gaspillage de nourriture permet également de réduire la consommation d'eau ainsi que la déforestation, car les producteurs ont vu leur productivité augmenter de manière considérable. 

En septembre 2018, Dysmus Kisilu a reçu le "Progress Award" de la fondation Gates pour récompenser son action contre le gaspillage alimentaire. 

Voici le reportage réalisé par Brut :