ID D'AILLEURS

Japon : des mouches soviétiques pour répondre à la crise alimentaire mondiale ?

©Cornel Constantin/Shutterstock

La start-up japonaise Musca a développé une génération de mouches dont les larves produisent de l’engrais à partir de déchets organiques. Ces mouches peuvent également servir à nourrir les animaux d'élevage. 

La start-up propose à des fermes agricoles ou des entreprises de restauration de leur installer des stations de recyclage. Les larves de musca domestica qui les habitent décomposent les déchets organiques et les transforment en engrais grâce à leurs excréments. L’entreprise s’engage ensuite à racheter ce compost. Les larves, une fois développées en mouches, serviront à nourrir les animaux d’élevage et le bétail, ce qui pourrait progressivement mener à la réduction de l’exploitation de terres cultivables destinée à leur alimentation. Le programme reposerait donc sur un système d’économie circulaire : les déchets organiques sont réutilisés pour devenir de la matière première écologique.

Une espèce résistante et à forte valeur nutritionnelle 

La start-up Musca a l'ambition de pouvoir apporter une part de réponse à la hausse de la demande alimentaire mondiale. Le Figaro explique que la Musca domestica a un taux de reproduction élevé, se développe rapidement, est très résistante aux maladies et constitue un aliment riche en protéines. Cette espèce avait été sélectionnée par des scientifiques de l’Union Soviétique et était destinée à nourrir les astronautes lors de futures expéditions sur Mars. À la chute de l’URSS, les brevets scientifiques ont été revendus, notamment à des scientifiques japonais, qui ont élevé 1 100 générations de mouches durant 45 ans jusqu’à cette nouvelle génération. 

D’après une étude de l’université de Miyazaki rapportée par Le Figaro, l’utilisation d’engrais à base d’excréments de musca domestica permettrait d’augmenter les rendements de la culture de radis et de concombres et entraînerait une hausse de leur taux de sucre et de vitamines. De plus, les travaux de l’université d’Ehime au Japon ont démontré que les dorades rouges nourries à ces mouches avaient vu leur poids et leur taille augmenter de manière significative. 

La sûreté des produits alimentaires produits par la firme a été approuvée par l’agence de Sciences et de Technologie du Japon. L’initiative a également été récompensée, au Japon - par le Wired Audi Innovation Award 2018 et le TechCrunch Japan Tokyo 2018 - et à l’international - par l'Helsinki Award lors du SLUSH 2018 -.