Environnement

Earth Hour : la Tour Eiffel s'éteint pour la biodiversité

La Tour Eiffel s'est éteinte à l'occasion de Earth Hour 2018.
©Max Morgene/ID

La 12e édition de l'Earth Hour se tenait samedi 24 mars 2018. L'occasion d'éteindre symboliquement les lumières de grands monuments à travers le monde, dont celles de la Tour Eiffel.

20h30. La Tour Eiffel s'éteint devant les applaudissements de Pascal Canfin, le directeur général du WWF, de la maire de Paris Anne Hidalgo et de Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Ils viennent d'appuyer sur le buzzer mis en place à l'occasion l'édition 2018 de l'Earth Hour ("60 minutes pour la planète") qui se tient ce samedi 24 mars 2018.


"Earth hour" dans 187 pays à travers le monde

L'évènement, initié dès 2007, se déroule cette année dans environ 187 pays à travers le monde. Pour l'occasion, de nombreux monuments vont plonger dans le noir l'espace de quelques minutes : l'Opéra de Sydney, le Kremlin, l'Empire State Building, l'Acropole ou encore les pyramides égyptiennes. Dans le même temps, les citoyens étaient invités à éteindre la lumière chez eux, pendant une heure.

Le but de l'opération : sensibiliser et mobiliser le public aux enjeux du changement climatique, mais pas seulement. Cette année, le WWF qui organise l'Earth Hour a voulu mettre la biodiversité au premier plan avec en ligne de mire la Conférence de l'ONU sur la biodiversité et le congrès de l'UICN qui se tiendront tous les deux en 2020. "L'enjeu, explique Pascal Canfin, réussir à faire pour la nature ce que nous avons réussi à Paris en 2015 pour le climat."

Une prise de conscience à grande échelle

"Cette édition est différente", a d'ailleurs entamé le directeur du WWF, avant de rappeler les problématiques touchant à la biodiversité. "Nous sommes en train de détruire le vivant sur la planète. Ces quarante dernières années, 60 % des populations d'animaux ont disparu." "Il n'y a pas d'autres journées où la conscience citoyenne s'exprime par l'extinction des lumières" poursuit-il.

Anne Hidalgo, Pascal Canfin et Sébastien Lecornu ont éteint la Tour Eiffel à 20h30.
©Max Morgene/ID

Un point de vue partagé par la maire de Paris qui a elle aussi insisté sur l'importance d'une prise de conscience à grande échelle, notamment de la part des villes : "Les villes ont une responsabilité première. Elles génèrent 70 % des gaz à effet de serre. Elles sont aussi très concernées par la disparition des espèces animales et végétales." Au rang desquelles figure la ville de Paris. "Nous avons cette responsabilité. Le fait d'être ici c'est une façon de dire que Paris doit être engagée en tant que ville et que nous sommes tous interdépendants."

"Le symbole, c'est le premier pas." nuance toutefois Pascal Canfin qui appelle à la mise en place d'actions concrètes de la part des Etats. "Il y aura un grand accord à trouver en Chine en 2020. Il faut que les responsables politiques s'emparent du sujet de la nature." En attendant, diverses initiatives ont été lancées à l'occasion de cette heure pour la planète : des campagnes contre les sacs plastiques qui polluent les océans en Chine et à Singapour, des plantations d'arbres en Indonésie en Inde ou au Pakistan ou une pétition pour sauver les rivières de Croatie ou de Slovénie.

Avec Max Morgene