Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Cette année, le Tour de France cherche à réduire son empreinte carbone

Tour de France, 2022.
©ETIENNE GARNIER/POOL/AFP

Pour sa 109e édition cette année, le Tour de France cherche à réduire son empreinte carbone. Les organisateurs se sont ainsi donnés comme objectif de transformer radicalement le Tour en un évènement sportif écoresponsable.

C’est le plus mythique et populaire des championnats cyclistes du monde, et pourtant, le Tour de France ne cesse de s’attirer des critiques. Cette fois-ci, non pas pour des spéculations de dopage mais pour son impact écologique : plusieurs maires ont même refusé d’accueillir l’événement. Tandis que les coureurs se sont lancés le 1er juillet dernier, les organisateurs cherchent cette année à verdir la course. Véhicules électriques, réduction des déchets, reboisement des forêts... Le Tour de France se transforme. 

Un bilan carbone élevé

Moins polluante que la Coupe du monde de football ou les Jeux Olympiques, la course cycliste (et ses 12 millions de spectateurs annuels qui représentent 94 % de ses émissions totales) affiche toutefois une empreinte environnementale conséquente. En 2021, elle a rejeté près de 216 000 tonnes d’équivalent CO2 dans l’atmosphère, selon les organisateurs. Soit 40 % de moins qu’en 2013, précisent-ils, mais le chemin reste long. Le Tour de France mise ainsi sur le système de compensation carbone, en s’associant notamment à plusieurs labels environnementaux pour le reboisement des forêts et espaces naturels. Dans ce cadre, l’organisateur du Tour, Amaury Sport Organisation (ASO), a également ratifié cette année la Charte des "15 engagements écoresponsables des organisateurs d’événement à horizon 2024", portée par le ministère des Sports.

Rendre les déplacements plus durables 

Le Tour de France ne mobilise pas seulement les cyclistes. Un cortège de plus de 150 véhicules transportant les équipes sportives, les sponsors et autres caravanes publicitaires, suit chaque année les coureurs. À lui seul, il représente plus de la moitié de l’empreinte carbone émise par les participants tout au long des 3350 kilomètres parcourus. À partir de cette année, les organisateurs cherchent à électrifier la flotte automobile, pour atteindre d’ici 2024, 100 % de véhicules électriques sur le Tour.  

Le Tour dit adieu au plastique 

Enfin, une meilleure gestion des déchets est de mise cette année. L’objectif affiché : réduire de 90 % l’utilisation de plastique à usage unique. Et ce, même pour les cyclistes en compétition : "Afin de respecter l’environnement et dans un souci de sécurité, il est interdit de se débarrasser d’aliments, de musettes, de bidons, de déchets ou de tout autre accessoire en dehors des zones de collecte ou de tout autre lieu prévu à cet effet", prévient l’organisation de l’événement dans son règlement de l’édition 2022. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

 Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie ... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.