LE BRIEF

Bonus-malus sur le plastique, réactions au jugement Monsanto... Ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine

Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du Ministre d'État, Ministre de la Transition écologique et solidaire.
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Au programme de l'actualité du développement durable cette semaine : le gouvernement prévoit la mise en place d'un système de "bonus-malus" sur le plastique afin de généraliser son recyclage, les réactions au jugement Monsanto se multiplient et le recours de 10 familles contre l'UE pour "inaction climatique" est jugé recevable.  

Interviewée par le JDD, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Brune Poirson, a indiqué le 11 août dernier : "Nous allons déployer un bonus-malus sur le plastique recyclable". "Demain, quand il y aura le choix entre deux bouteilles, l'une fabriquée en plastique recyclé et l'autre non, la première sera moins chère", a-t-elle notamment ajouté

Emmanuel Macron avait fait la promesse durant sa campagne "d'arriver à 100 % de recyclage des plastiques d'ici 2025 en France, contre 25 % environ aujourd'hui, selon 60 Millions de consommateurs", rappelle l'AFP (relire à ce sujet l'état des lieux des plastiques alternatifs : recyclables, biosourcés, biodégradables...). 

Justice : verdict pour Monsanto et procès climatique collectif contre l'UE

Rendu le 10 août dernier par un tribunal de San Francisco, le verdict concernant l'affaire Monsanto n'a quant à lui pas manqué de faire réagir. Pour n'avoir pas communiqué sur la dangerosité de son herbicide Roundup, à base de glyphosate, l'entreprise récemment achetée par Bayer a été condamnée à verser 289 millions de dollars à un jardinier américain de 46 ans aujourd'hui atteint d'un cancer, qui a régulièrement utilisé ses produits. "Les jurés ont déterminé que Monsanto avait agi avec 'malveillance' et que son herbicide Roundup, ainsi que sa version professionnelle RangerPro, avaient 'considérablement' contribué à la maladie du plaignant, Dewayne Johnson", précise l'AFP. L'entreprise a annoncé son intention de faire appel de la décision.

Ce jugement a suscité de nombreuses réactions politiques en France et à l'étranger. Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a notamment indiqué au journal Libération :  "C’est une décision de justice très argumentée, qui est providentielle, car elle rend enfin visible ce que certains s’obstinaient à ignorer depuis trop longtemps : le fait que l’objectif dissimulé de Monsanto, sa stratégie ignoble, est de mettre en coupe réglée les ressources alimentaires de la planète. Elle vient corriger l’indifférence des politiques vis-à-vis de cette firme, qui dure depuis des décennies." Dans un communiqué, le parti Europe Écologie - Les Verts a pour sa part demandé "solennellement au gouvernement de cesser de tergiverser sur le glyphosate et les pesticides qui détruisent notre santé et la biodiversité".

Du côté de l'Union européenne, une autre poursuite a quant à elle été jugée recevable : celle de 10 familles qui accusent Bruxelles "de ne pas s'être assez impliquée dans la lutte contre le dérèglement climatique et d'être indirectement responsable des dommages qu'elles ont subis". L'Union européenne a deux mois pour organiser sa défense. 

D'autres nouvelles durables...

-Un entraînement à Pontoise

Du côté de Pontoise, en Île-de-France, une trentaine de bénévoles ont participé à une opération de collecte des déchets dimanche 12 août, une sorte de préparation en vue de l'événement mondial du World CleanUp Day qui aura lieu le 15 septembre. 

-Un engagement récompensé

ID s'est entretenu cette semaine avec Emmanuelle Terrier, la fondatrice de la marque zéro déchet Les Tendances d'Emma, récompensée pour son engagement durable dans le cadre du concours Social Beauty Awards. Interview à relire ici.

Emmanuelle Terrier a reçu un prix pour son engagement environnemental dans le cadre des Social Beauty Awards 2018.
©Emmanuelle Terrier